Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

Membres de RPDH

Quand la Lékoumou expérimente un vaccin contre la corruption

Au Congo-Brazzaville, des populations du département de la Lékoumou découvrent le Centre d’assistance juridique et d’action citoyenne (CAJAC). Et l’instrument proposé par la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH) pour anticiper des antivaleurs comme la corruption, produit déjà des résultats encourageants. Illustration.

Tonnerre d’applaudissements, explosion de joie, poignées de main en cette fin de journée du 11 décembre au village Mongo dans le district de Sibiti. Landry Mabiala et sa tante Clémence Bitoti venaient d’être réconciliés grâce à la médiation de la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH) par le truchement de son instrument, le Centre d’assistance juridique et d’action citoyenne (CAJAC).

Depuis plus de deux ans, le neveu et la tante étaient sur le point d’en arriver au clash à cause d’un litige sur les droits coutumiers fonciers relatifs aux terres agricoles que le chef du village avait du mal à trancher, tant Landry lui reprochait de conflit d’intérêt dans le règlement dudit litige.

Mais, en ce crépuscule-là, … « Nous sommes très contents de cette initiative des membres de la RPDH à travers le CAJAC. Je pensais déjà à porter l’affaire au plus haut niveau. Mais, c’est fini », s’est réjoui Landry. « Nous redevenons neveu et tante. Merci beaucoup pour les bonnes explications que les membres de la RPDH ont fournies. Connaître la loi, c’est vraiment une bonne chose », s’est félicitée Mme Bitoti.

« Les membres du CAJAC n’ont fait que renforcer le processus de réconciliation que nous avons déjà entamé. Tout le plaisir est mien, parce que la société civile vient de réaffirmer son rôle régalien : accompagner les pouvoirs publics dans leurs actions », s’est réjoui pour sa part Philippe Makita, chef du village de Mongo.

Même avis du côté de la RPDH. « C’est dire qu’il y a des gens qui ont compris l’importance du CAJAC. C’est qu’il faut le plus noter, c’est cette attitude citoyenne dont les deux parties ont fait preuve en se confiant à l’autorité locale. Les autres auraient peut-être  réglé le litige autrement », s’est félicitée Jeiss Miyalou, responsable du CAJAC. Mme Miyalou et ses collègues ont de très bonnes raisons de se réjouir.

« J’appellerai le CAJAC en cas d’abus contre un autochtone »

Le jour où Landry les appelle, ils étaient dans la zone pour « suivre et évaluer » leur mission d’il y deux mois. En début octobre dernier, la RPDH et l’OCDH effectuaient une mission de sensibilisation des populations des districts de Sibiti, Komono et Zanaga sur la nouvelle gouvernance forestière.

C’était dans le cadre des projets « Forêt, Gouvernance, Marché et Climat » (FGMC, Forest Governance, Market and Climate Programme) exécuté par l’OCDH et la RPDH et financé par le Foreign Commonwealth & Development Office (FCDO) du gouvernement britannique, et «Intégrité dans les initiatives climatiques comme  REDD+ » qui bénéficie de l’appui financier de l’Agence française de développement (AFD).

Le projet vise à « apporter un appui aux communautés locales et populations autochtones en vue d’une participation efficiente et efficace dans la gestion des ressources forestières »

Parmi les thématiques abordées, figurait en bonne place la lutte contre la corruption au moyen du CAJAC. Mis en place en 2017 par la RPDH, le CAJAC est un instrument destiné à aider les populations à dénoncer et lutter contre la corruption. L’outil a aussi vocation à apporter de l’assistance juridique et judiciaire aux citoyens.

« Dès qu’on a énuméré les missions du CAJAC, je me suis dit dans mon tréfonds, voici un avocat pour nous qui avons du mal à accéder à la justice classique », se souvient Landry Mabiala. « J’ai pu trouver une parade contre le trafic d’influence et la corruption. Désormais si un Bantou abuse d’un autochtone, je n’aurai qu’à appeler le CAJAC », promet Antoine Tsoumou, un autochtone du village Sala-Mbama dans le district de Zanaga.

Si des observateurs redoutent déjà des cas de corruption dans la mise en œuvre des initiatives telles que REDD+ et dans les retombées de l’aménagement des forêts, il était plus que temps d’informer les populations de la Lékoumou de l’existence d’une sorte de parade contre la corruption. Aux populations de s’en servir de manière conséquente.

John NDINGA-NGOMA

Partager

Articles liés

Approbation, validation, …. Dans la Lékoumou, entreprises et  administration sont désormais vent debout pour l’aménagement des unités forestières. Une grande première dans ce département où l’exploitation a souvent précédé l’aménagement. Souriant, jovial, décontracté,… Un Fabrice Kimpoutou visiblement satisfait. Tant, « nous avons pu trouver ce que nous étions allés chercher dans le département de la Lékoumou »,...
Les participants du 13e Forum sur la gouvernance forestière (FGF), tenu les 23 et 24 mai 2022 à Brazzaville en République du Congo déplorent la gestion opaque des forêts du Bassin du Congo. Une situation préjudiciable au climat ainsi qu’aux économies respectives des pays de la sous-région Afrique centrale. Le 13e Forum sur la gouvernance forestière...
Alors que se prépare le sommet du G7 au Royaume-Uni la semaine prochaine, un point domine l’ordre du jour : comment mettre fin à la pandémie de COVID-19 et assurer la reprise dans le monde. Nous faisons face à des difficultés pressantes. Il est désormais clairement établi qu’il n’y aura pas de reprise généralisée tant que...
« Quelle stratégie mettre en place par les Eglises Catholique et Evangélique du Congo pour le suivi de l’élection présidentielle du 21 mars 2021 ? » Telle est la question à laquelle ont répondu les Responsables de ces deux Eglises lors de leur Concertation sur les élections tenue le 22 février 2021, dans la Salle...
Partout où des chefs d’État cherchent à s’octroyer un troisième mandat ou la présidence à vie, ils développent toutes sortes d’argumentations, la meilleure étant généralement le parachèvement ou la consolidation de ce qu’ils considèrent comme leur œuvre. Sauf qu’aucune nation n’a jamais été entièrement bâtie par un seul homme.
Malgré des progrès indéniables, la gouvernance forestière en République du Congo (RC) reste faible. Deux nouvelles études soulignent que seules des réformes radicales pour lutter contre la corruption, accroître la responsabilité et la transparence, renforcer l’application des lois et mieux impliquer la société civile permettront aux forêts congolaises de s’engager pleinement dans la lutte contre...
Le respect de tous les droits de l’homme est un pilier de sociétés libres, stables et prospères et l’UE est fière d’être à l’avant-garde de la promotion et de la protection universelles de tous les droits fondamentaux.
Le 3 septembre 2019, le président français Emmanuel Macron (au nom de CAFI, dont la France assure la présidence cette année) et le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, ont signé un accord déterminant de 65 millions USD visant à mettre en œuvre le Plan d’investissement de la REDD+ et l’utilisation durable des...
L’organisation de Bretton Woods a annoncé, ce 9 mai avoir conclu un accord avec le gouvernement du Congo Brazzaville, ouvrant la voie à un programme d’aide, une décision attendue depuis plus de deux ans Un programme du FMI va 《aider la République du Congo à rétablir la stabilité macroéconomique et à  réaliser une croissance plus...
Le meilleur moyen de les combattre consiste à renforcer les droits fonciers des communautés et à consolider la démocratie, selon Brice Böhmer et Marie-Ange Kalenga.
Avec 9 milliards de dollars et 7.1 milliards de dollars de la dette Chinoise, la République du Congo fait partie avec la Zambie et le Djibouti des pays où les prêts Chinois sont extrêmement élevés.
Le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, chargé de la décentralisation, Charles Nganfouomo a assuré le 22 juin à Brazzaville que le gouvernement réiterait son engagement politique à poursuivre et à renforcer la mise en œuvre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractive (ITIE) en tant qu’outil central...