Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le Gouvernement doit mieux garantir le respect des droits des femmes, assurer une meilleure protection et des recours effectifs pour les femmes victimes de violences multiformes.

Brazzaville-Pointe-Noire, le 25 novembre 2011. La célébration de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, offre une réelle opportunité pour attirer l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur les violences perpétrées quotidiennement à l’encontre des femmes, et l’absence criarde de recours pour les femmes congolaises victimes des dites violences.
Plusieurs sondages suggèrent, en effet, que la moitié des femmes victimes d′homicide sont tuées par leur conjoint, ex-conjoint ou compagnon. On estime que, dans le monde entier, une femme sur cinq sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie. Au Congo, après des années de conflits armés au cours des quelles, le viol a été utilisé comme arme de guerre, c’est à partir de 1999 que ce fléau a été mis en lumière.

Il faut reconnaître que la violence à l’égard des femmes est définie par le protocole de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme comme « tout acte perpétré contre les femmes causant ou pouvant causer des souffrances physiques, sexuelles, psychologiques ou économiques ».

Ce sujet a été dans un passé récent, un sujet un tabou. Aujourd’hui, la société civile par des campagnes de sensibilisation, s’implique dans la lutte contre les violences faîtes aux femmes dans tous les milieux de la vie sociale (famille, travail ou école). Ces initiatives permettent non seulement aux femmes et filles victimes de violence de témoigner mais aussi de trouver un accompagnement juridique et psychologique.

La RPDH estime que ces violences infligées aux femmes ont, en amont des causes diverses, notamment culturelles (croyances, pratiques), économiques, politiques, conjoncturelles, structurelles (Etat), d’une part, mais aussi juridiques (textes et pratiques discriminatoires à l’endroit de la femme) voire judiciaires, d’autre part.

La RPDH constate qu’en Republique du Congo, malgré l’existence d’un cadre juridique, des actes odieux sont encore perpétrés sur des nombreuses femmes et filles. Ainsi, du droit de cuissage, marchandage des notes dans les facultés de Brazzaville, lycées et collèges, des violences sexuelles dues à l’activité des forces de sécurité, y compris les femmes capturées comme otages en lieu et place de conjoints, des difficultés d’accès à l’emploi et aux postes de responsabilité, des violences conjugales, aux traitements inhumains et dégradants liées aux pratiques traditionnelles, ces violences ont toutes un dénominateur commun : l’impunité. Il apparaît clairement que les mécanismes de protection disponibles sont insuffisants et l’impunité règne et demeure la règle.

La RPDH observe aussi que les menaces et actes de violence accroissent considérablement la vulnérabilité des femmes et des filles au VIH. En effet, dans de telles situations, il leur est difficile voire impossible de refuser un rapport sexuel, d’obtenir la fidélité de leur partenaire, ou du moins d’exiger des rapports sexuels protégés. Dans ces conditions, le risque de transmission du VIH est plus élevé au cours de rapports sexuels violents ou contraints.

La RPDH témoigne de ce que depuis le retrait de MSF/France, il n’y a plus de prise en charge médicale des femmes et filles victimes de violences comme ce fut le cas entre 2000 et 2005. Les centres de prise en charge médicale mis en place, par MSF/France, dans les hôpitaux de Talangaï et Makélékélé qui, après avoir examiné les victimes, leur fournissaient des médicaments nécessaires et gratuits, ne fonctionnent plus comme il se doit. Les victimes sont ainsi obligées de payer des frais de consultation et des soins, surtout à l’intérieur du pays où elles sont abandonnées à elles-mêmes. Pourtant, un partenariat existe entre SEP/CNLS et la Banque Mondiale, pour sécuriser le financement de l’accueil des victimes de violences sexuelles.

Dans le but d’éliminer effectivement la violence vis-à-vis des femmes, la RPDH formule les recommandations suivantes au gouvernement :

  • Adopter des textes d’application des conventions internationales et lois qui protègent les droits des femmes ; et notamment la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) et le protocole de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes;
  • Documenter toutes les atteintes à l’intégrité physique et psychologique des femmes et Condamner toutes les personnes coupables de violence à l’endroit des femmes et décréter la fin de l’impunité sur ce sujet ;
  • Améliorer les conditions d’existence de la femme ;
  • Renforcer la Mobilisation et la Sensibilisation autour de cette préoccupation en impliquant toutes les couches de la société contre ce fléau ;
  • Intégrer la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles dans la lutte contre le VIH/SIDA ;
  • Créer des centres d’accueil ou d’accompagnement des femmes et filles victimes de violence ;
  • Susciter une prise de conscience dans le milieu des victimes afin de les amener à franchir le pas de la dénonciation des bourreaux et de mener des actions en justice.

Le Bureau Exécutif

Contact Presse :

RPDH, +242 05 3583577, rp.dh@laposte.net, web: www.rpdh-cg.org,

Christian Mounzeo, Président, +242 05 595 52 46

Anthony Mouyongui, Assistant Recherche, + 242 06 955 92 66

 

Partager

Articles liés

Alors que les dirigeant·e·s mondiaux·ales se réunissent cette semaine à l’occasion de la COP26 (Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques), il est urgent qu’ils·elles prennent des mesures concrètes. Leurs décisions doivent garantir une transition juste, centrée sur les personnes et durable vers une économie à faible émission de carbone, notamment en maintenant l’augmentation...
Le Comité de Pilotage Afrique de Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) recommande au gouvernement ghanéen de condamner sans équivoque, de toute urgence et avec la plus grande fermeté les récentes attaques dans les médias contre les membres de l’alliance de la société civile, ainsi que de garantir que tous les acteurs de la société civile puissent s’exprimer librement...
11 juillet 2021 – Aux Dirigeants de l’Union africaine, à l’occasion de cinquième Journée africaine de lutte contre la corruption, les 28 Sections de Transparency International des Communautés économiques régionales de l’Afrique australe, centrale, de l’Est, du Nord et de l’Ouest saisissent cette opportunité encore une fois pour;
Le Comité de Pilotage Afrique de PCQVP condamne les répressions des manifestations citoyennes pour le retour à l’ordre constitutionnel, et en appel au respect des libertés civiques des citoyens tchadiens.
A quelques semaines de la tenue de l’élection présidentielle, Nous, Evêques du Congo, réunis pour une session extraordinaire du 26 au 28 janvier 2021, adressons, à vous Peuple de Dieu ainsi qu’à tous les hommes et femmes de bonne volonté, un message de paix et d’espérance, conscients de ce que beaucoup vivent déjà dans la...
9 mesures à mettre en oeuvre avant mars 2022 Le Conseil d’administration de l’ITIE a pris la décision suivante: Le Conseil d’administration de l’ITIE convient que la République du Congo a pleinement mis en œuvre six des 15 mesures correctives de la première Validation du pays. Par conséquent, la République du Congo a globalement fait...
Fern et 15 autre ONG œuvrant pour le climat, l’environnement, les droits humains et le développement durable ont publié une déclaration sur la réponse mondiale de l’UE à la crise du COVID-19. La déclaration salue l’initiative de l’UE pour soutenir les efforts de ses pays partenaires dans la lutte contre la pandémie. Toutefois, à court terme, l’UE doit accorder la priorité aux besoins des communautés...
Pointe-Noire, Brazzaville le 03 mai 2020. « Le journalisme sans crainte ni complaisance » ! Tel est le thème de la Journée Mondiale de la Liberté de la presse que l’Humanité célèbre chaque année en cette date. Le choix de cette thématique vient à point nommé dans la mesure où l’exercice du métier de journaliste devient de plus en plus...
Christian Mounzéo et Essylot C. Lubala se penchent sur les nouvelles dispositions de la loi forestière chinoise et leur impact dans les pays forestiers comme ceux du bassin du Congo.
Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP)-Congo suit avec gravité, préoccupation et une attention particulière l’évolution à une vitesse vertigineuse de la pandémie du coronavirus (COVID 19) dans le monde et de son impact sur l’économie mondiale. Au Congo, le développement de cette pandémie, conforte d’une part, le positionnement de PCQVP Congo dans sa vision stratégique...
Déclaration des sectionales nationales de Transparency International de l’Afrique Centrale à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption le 9 Décembre 2019
Nous, représentants de la société civile de pays forestiers d’Afrique de l’ouest et centrale et d’Asie du Sud-Est , déterminés à mettre un terme à ladestruction des forêts, y compris le commerce de bois illégal et de produits dérivés de la déforestation, avons rencontré des décideurs de la Commission européenne, du Service européen pour l’action extérieure,...