Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

8 Mars 2012 – Journée Internationale de la Femme: Approfondir la réflexion pour améliorer de façon pérenne et durable la condition de la femme au Congo!

Brazzaville- Pointe Noire le 8 Mars 2012. A l’occasion de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme sur le thème « Rendons les femmes autonomes – Eliminer la pauvreté et la faim », la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) se joint à la communauté internationale pour célébrer cet évènement, tout en l’inscrivant sous le signe de l’engagement renouvelé et de la mobilisation, pour l’atteinte effective des objectifs assignés aux Etats en la matière. Officialisée par les Nations Unies en 1977, cette journée a été consacrée au Congo par la mise en place d’un Ministère entièrement dédié à la Promotion de la Femme et à son Intégration au Développement.

En effet, en dépit de mesures prises ces dernières années en faveur des droits des femmes, la RPDH constate une lenteur dans la prise de conscience par les décideurs du rôle déterminant des femmes pour le bien-être des familles, des communautés et pour le développement des nations. Ainsi, la mise en œuvre des droits de la femme au Congo demeure toujours un défi, notamment du point de vue de la place de cette dernière dans la conscience des hommes, ainsi que dans la plupart des secteurs de la vie sociale et économique. L’organisation a pu établir que parmi les secteurs qui souffrent énormément de cette mise à l’écart, figure en bonne place celui de l’éducation, dont l’une des couches les plus lamentablement affectées constitue la jeunesse, notamment estudiantine. Cette absence d’éducation à la culture du respect des droits des femmes dans le milieu scolaire et académique, est d’autant plus préjudiciable car, liée au manque d’intérêt manifeste envers les droits de celles-ci.

La RPDH note de plus avec amertume que les localités des différents départements du Congo affichent un pourcentage quasiment insignifiant en matière d’intégration de la femme aux différents secteurs d’activités. Il n’est donc pas abusif de dire que la plupart des femmes congolaises méconnaissent encore à ce jour leurs droits et libertés fondamentales, moins encore les différents mécanismes servant à leur protection. Partant de ce postulat, on peut affirmer que la question de la femme mérite d’être réexaminée au Congo de sorte à lui redonner ses marques de noblesse et la place de choix qui est la sienne dans l’édification de toute société.

Au-delà, cette affirmation est renforcée par le maintien d’une législation, dont plusieurs dispositions sont discriminatoires à l’endroit des femmes, à l’instar du code pénal et du code de la famille. A titre illustratif, bien que le Code de la famille protège les droits de la femme en cas de veuvage (Art. 789 à 806), ses dispositions ne sont nullement respectées dans la pratique, et les mesures visant à l’application effective de ces textes n’interviennent pas réellement.

La perte du droit d’héritage ou encore l’expulsion de la femme du domicile conjugal à la suite du décès de son époux constituent encore des phénomènes récurrents dans la société congolaise.
La RPDH souligne que les violences à l’égard des femmes, y compris sexuelles, demeurent monnaie courante dans le territoire, quoique sanctionnées par le Code pénal. Les incriminations de ce type sont très peu dénoncées, et encore moins poursuivies, en raison de la stigmatisation des victimes, du manque d’information sur leurs droits, des recours disponibles en cas de déni de ceux-ci, et des coûts élevés des procédures. Ces violences impliquent également, et ce en bonne partie, les femmes de certaines minorités, telles que les pygmées.

Si les mutilations génitales féminines (MGF), et en particulier les excisions, ne font pas partie de la culture traditionnelle congolaise, ces pratiques se poursuivent au sein des communautés ouest-africaines établies dans le pays, sans pourtant être punies de manière spécifique par la loi et ne sont poursuivies que sur la base des dispositions du Code pénal relatives aux coups et blessures, qui ne prévoient que des sanctions minimes.

La RPDH rappelle également que si l’éducation des filles est garantie au même titre que celle des garçons par la Constitution, le taux de scolarisation des filles de 52% dans le primaire et 39% dans le secondaire reste insuffisant, en raison des mariages et maternités précoces et du faible pouvoir d ‘achat des parents.
L’organisation estime aussi, malgré l’article 8 de la Constitution du 20 Janvier 2002, qui garantit la participation de la femme à la gestion de la chose publique autant que les dispositions de la loi électorale adoptée en 2007, le niveau de participation des femmes congolaises dans la vie publique  et leur taux de représentation aux plus hauts niveaux de décision sont très bas. Ainsi, seule dix (10) femmes sur 137 sièges, ont été élues députées lors des dernières élections parlementaires de 2007, soit 2 de moins que dans le parlement sortant. De plus, aucun parti politique au Congo n’est à ce jour dirigé par une femme.

En vue d’améliorer l’exercice des droits de la femme au Congo, la RPDH recommande à l’Etat congolais de:

  • Respecter effectivement les droits de la femme, conformément à la Constitution congolaise du 20 janvier 2002;
  • Garantir la mise en œuvre et la prise en charge des droits de celle-ci;
  • Se conformer aux instruments juridiques internationaux se rapportant aux droits des femmes ratifiés par le Congo;
  • Respecter et mettre en œuvre les dispositions de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme sur les droits des femmes.

Fait à Pointe-Noire, le 07 Mars 2012

Le Bureau Exécutif

Contacts Presse:
Christian Mounzéo, Président : 242 05 595 52 46,
Franck Loufoua-Bessi, Assistant aux Programmes : 242 05 550 45 20
Chardène Nkodia, Assistante aux Questions Juridiques et Judiciaires : 06 638 08 62

 

Partager

Articles liés

Alors que les dirigeant·e·s mondiaux·ales se réunissent cette semaine à l’occasion de la COP26 (Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques), il est urgent qu’ils·elles prennent des mesures concrètes. Leurs décisions doivent garantir une transition juste, centrée sur les personnes et durable vers une économie à faible émission de carbone, notamment en maintenant l’augmentation...
Le Comité de Pilotage Afrique de Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) recommande au gouvernement ghanéen de condamner sans équivoque, de toute urgence et avec la plus grande fermeté les récentes attaques dans les médias contre les membres de l’alliance de la société civile, ainsi que de garantir que tous les acteurs de la société civile puissent s’exprimer librement...
11 juillet 2021 – Aux Dirigeants de l’Union africaine, à l’occasion de cinquième Journée africaine de lutte contre la corruption, les 28 Sections de Transparency International des Communautés économiques régionales de l’Afrique australe, centrale, de l’Est, du Nord et de l’Ouest saisissent cette opportunité encore une fois pour;
Le Comité de Pilotage Afrique de PCQVP condamne les répressions des manifestations citoyennes pour le retour à l’ordre constitutionnel, et en appel au respect des libertés civiques des citoyens tchadiens.
A quelques semaines de la tenue de l’élection présidentielle, Nous, Evêques du Congo, réunis pour une session extraordinaire du 26 au 28 janvier 2021, adressons, à vous Peuple de Dieu ainsi qu’à tous les hommes et femmes de bonne volonté, un message de paix et d’espérance, conscients de ce que beaucoup vivent déjà dans la...
9 mesures à mettre en oeuvre avant mars 2022 Le Conseil d’administration de l’ITIE a pris la décision suivante: Le Conseil d’administration de l’ITIE convient que la République du Congo a pleinement mis en œuvre six des 15 mesures correctives de la première Validation du pays. Par conséquent, la République du Congo a globalement fait...
Fern et 15 autre ONG œuvrant pour le climat, l’environnement, les droits humains et le développement durable ont publié une déclaration sur la réponse mondiale de l’UE à la crise du COVID-19. La déclaration salue l’initiative de l’UE pour soutenir les efforts de ses pays partenaires dans la lutte contre la pandémie. Toutefois, à court terme, l’UE doit accorder la priorité aux besoins des communautés...
Pointe-Noire, Brazzaville le 03 mai 2020. « Le journalisme sans crainte ni complaisance » ! Tel est le thème de la Journée Mondiale de la Liberté de la presse que l’Humanité célèbre chaque année en cette date. Le choix de cette thématique vient à point nommé dans la mesure où l’exercice du métier de journaliste devient de plus en plus...
Christian Mounzéo et Essylot C. Lubala se penchent sur les nouvelles dispositions de la loi forestière chinoise et leur impact dans les pays forestiers comme ceux du bassin du Congo.
Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP)-Congo suit avec gravité, préoccupation et une attention particulière l’évolution à une vitesse vertigineuse de la pandémie du coronavirus (COVID 19) dans le monde et de son impact sur l’économie mondiale. Au Congo, le développement de cette pandémie, conforte d’une part, le positionnement de PCQVP Congo dans sa vision stratégique...
Déclaration des sectionales nationales de Transparency International de l’Afrique Centrale à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption le 9 Décembre 2019
Nous, représentants de la société civile de pays forestiers d’Afrique de l’ouest et centrale et d’Asie du Sud-Est , déterminés à mettre un terme à ladestruction des forêts, y compris le commerce de bois illégal et de produits dérivés de la déforestation, avons rencontré des décideurs de la Commission européenne, du Service européen pour l’action extérieure,...