Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

logo-tlp-congo

République du Congo : Tortures et détentions arbitraires de dizaines de personnes mettent la liberté d’expression à rude épreuve

Des dizaines d’activistes et opposants demeurent dans les prisons congolaises, certains depuis bientôt trois ans, pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression au Congo Brazzaville, pendant que la communauté internationale maintient le silence sur la situation des droits humains dans le pays, ont déclaré aujourd’hui, Amnesty International et quatre organisations de défense des droits humains (ADHUC, Tournons la page, REDHAC et la Commission Justice et Paix Pointe Noire).

Les organisations demandent aux autorités la libération de toutes les personnes arbitrairement arrêtées et détenues, et l’ouverture d’une enquête sur les allégations de tortures dont elles seraient victimes.

« Les autorités congolaises ne se limitent pas seulement aux arrestations arbitraires des opposants et activistes ; elles vont jusqu’à les torturer et leur infliger des traitements inhumains et dégradants dont certains gardent encore les séquelles » a déclaré Balkissa Idé Siddo, chercheur sur l’Afrique centrale à Amnesty International.

« La communauté internationale et partenaires techniques et financiers du Congo tels que l’UE et l’ONU doivent saisir toutes les opportunités pour s’assurer que les autorités congolaises mettent fin à la répression et libèrent tous ceux qui sont arbitrairement détenus ».

Depuis le référendum constitutionnel d’octobre 2015 et les élections présidentielles de mars 2016, fortement contestés tant par l’opposition que la communauté internationale, les autorités ont mené une vague d’arrestations d’opposants et interdit les manifestations pacifiques.

Incitation aux troubles à l’ordre public

Les organisations signataires ont documenté au moins 40 cas d’activistes politiques arrêtés entre octobre 2015 et décembre 2016 pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression et de manifestation pacifique. La grande majorité est inculpée pour “ incitation aux troubles à l’ordre public”’ et “atteinte à la sûreté intérieure”.

Parmi ceux arrêtés en rapport avec les manifestations contre le référendum constitutionnel, figure Paulin Makaya, président du parti politique Unis pour le Congo (UPC, opposition). Il a été condamné à deux ans de prison pour avoir participé à une manifestation contre la modification de la constitution. Bien que Paulin Makaya ait fini de purger sa peine depuis novembre 2017, les autorités ont refusé de le libérer, l’inculpant début janvier de cette année, pour de nouvelles infractions d’atteinte à la sécurité nationale et de “complicité de possession illégale d’armes et munitions de guerre”.  

Par ailleurs, avant et après les élections présidentielles du 20 mars 2016, les autorités ont arrêté et inculpé plus de 20 leaders et membres de partis d’opposition pour “incitation aux troubles à l’ordre public”, sur la base des dispositions de la loi nationale sur les partis politiques, mais en contradiction avec les textes internationaux et régionaux signés par le Congo. Au moins 16 d’entre eux sont demeurent en prison.

Parmi eux figurent des membres de partis politiques tels que la Convention pour l’action, la démocratie, et le développement (CADD) dont son président André Okombi Salissa. En avril 2016, ce dernier a été contraint à la clandestinité après avoir déclaré publiquement qu’il ne reconnaissait pas les résultats de l’élection présidentielle. Il a été arrêté en janvier 2017 et inculpé pour “atteinte à la sûreté intérieure” et “détention illégale d’armes de guerre”. Il est toujours en détention de même que des responsables de campagne et soutiens politiques du candidat Jean-Marie Michel Mokoko et au moins deux membres du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI).

« Ces inculpations fallacieuses utilisées pour détenir les opposants et activistes sont un affront aux engagements du pays à respecter la liberté d’expression et de manifestation pacifique. Elles ne constituent en aucune manière, une solution pour assurer la sécurité ou la paix durable au Congo » a déclaré Moke Loamba, Président de l’Association pour les droits de l’homme et l’univers carcéral (ADHUC).

Fractures, hypertension et problème cardiaque

Selon les informations recueillies par les organisations signataires, plusieurs détenus ont été torturés. Les autorités congolaises n’ont, à ce jour, pris aucune mesure pour enquêter sur ces allégations et mettre fin à cette pratique.

Le 24 janvier 2017, Modeste Boukadia, président du Cercle des démocrates et républicains du Congo (CDRC, opposition), arrêté un an plus tôt, a été admis dans une clinique de Pointe-Noire, pour des blessures que des surveillants de la maison d’arrêt lui avaient infligées en le rouant de coups. Les violences subies en détention lui ont causé deux fractures des lombaires, une hypertension artérielle et un problème cardiaque.

Noël Mienanzambi Boyi, président de l’Association pour la culture de la paix et de la non-violence et animateur dans une station de radio locale, a aussi subi des actes de torture pendant sa détention, après son interpellation en janvier 2017.

« La communauté internationale, notamment l’Union européenne, ne peut plus ignorer la récurrence des violations des droits humains au Congo, ni le manque de volonté politique de ses autorités à lutter efficacement contre l’impunité » a déclaré Laurent Duarte, Coordinateur de la campagne « Tournons la Page !

« A tous les niveaux de son engagement avec les autorités, la communauté internationale y compris l’UE et l’ONU, doit tout mettre en œuvre pour que les autorités congolaises mettent un terme aux arrestations et détentions arbitraires ainsi qu’à la torture et aux traitements inhumains infligés aux activistes politiques  » a déclaré Brice Mackosso, Secrétaire permanent de la Commission épiscopale justice et paix (CEJP) de Pointe Noire.

 

Pour en savoir plus, veuillez contacter : 

 

 

 

Partager

Articles liés

Résoudre le problème du changement climatique sans protéger les forêts et mettre fin à la déforestation est une tâche impossible. Partout dans le monde, les forêts fournissent d’importants services écosystémiques et moyens subsistance. Elles sont bien plus qu’une réserve de carbone qu’il faut protéger – elles l’absorbent aussi activement. Selon des estimations scientifiques récentes, les...
Plus de 230 organisations de la société civile issues de 62 pays publient une déclaration appelant les dirigeant·e·s mondiaux·ales présent·e·s à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Égypte à protéger les droits humains et l’environnement de la ruée vers les minerais utilisés pour les technologies d’énergies renouvelables.  Les organisations signataires...
Il s’est tenu le 20 septembre 2022 à Pointe-Noire-Salle de conférence Hôtel Hilary, une table-ronde sur les initiatives climatiques et la gestion durable des forêts
Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...