Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

transparency

Indice de perception de la corruption 2016 : le cercle vicieux de la corruption et de l’inégalité doit être combattu

Le nombre croissant de politiciens populistes dans de nombreux pays est un signal d’alarme.

L’année 2016 a montré que, dans le monde entier, la corruption systémique et l’inégalité sociale se renforcent mutuellement, conduisant à une désillusion populaire vis-à-vis du monde politique et fournissant un terreau fertile à la montée des politiciens populistes.

Soixante-neuf pour cent des 176 pays figurant dans l’Indice de perception de la corruption 2016 enregistrent une note inférieure à 50, sur une échelle allant de 0 (où le pays est perçu comme très corrompu) à 100 (où le pays est perçu comme très peu corrompu).

Cela montre combien la corruption est importante et omniprésente dans le secteur public à travers le monde. Cette année, les pays ayant perdu des places dans le classement de l’indice sont plus nombreux que ceux en ayant gagné, ce qui démontre la nécessité d’une action urgente.

Pas d’égalité des chances pour tous

La corruption et l’inégalité se nourrissent l’une de l’autre, créant un cercle vicieux entre la corruption, la distribution inégale du pouvoir dans la société et la répartition inégale de la richesse. Comme l’a mis en évidence l’affaire des « Panama Papers », il est encore trop facile pour les riches et les puissants d’exploiter l’opacité du système financier mondial afin de s’enrichir au détriment du bien public.

Dans de trop nombreux pays, les besoins les plus élémentaires des citoyens ne sont pas satisfaits et ces derniers se couchent tous les soirs le ventre vide à cause de la corruption, alors que les puissants et les corrompus jouissent d’un mode de vie somptueux en toute impunité, a déclaré José Ugaz, président de Transparency International.

Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d’attendre. La corruption doit être combattue d’urgence, afin que la vie des gens s’améliore dans le monde entier, a ajouté José Ugaz.

Les cas de grande corruption, de Petrobras et Odebrecht au Brésil à l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, montrent comment la collusion entre les entreprises et les politiciens prive les économies nationales de milliards de dollars de recettes qui sont siphonnés au profit de quelques personnes et au détriment du plus grand nombre. Ce type de grande corruption systémique viole les droits humains, empêche le développement durable et alimente l’exclusion sociale.

La note du Brésil sur l’indice, par exemple, a considérablement baissé par rapport à il y a cinq ans, du fait de la dénonciation d’une série de scandales successifs impliquant des politiciens et des hommes d’affaires de haut niveau. Pourtant, le pays a démontré cette année que, grâce à l’indépendance des institutions chargées de l’application de la loi, il est possible de demander des comptes à des individus qui auparavant étaient considérés comme intouchables.

Le populisme est le mauvais remède

Les citoyens en ont assez des promesses vaines proférées par trop de politiciens qui jurent de s’attaquer à la corruption, et beaucoup se tournent vers des politiciens populistes qui promettent de changer le système et de briser le cycle de la corruption et des privilèges. Pourtant, cela ne fera probablement qu’exacerber le problème.

 Dans les pays dirigés par des leaders populistes ou autocrates, nous constatons souvent des démocraties en déclin et des tentatives inquiétantes de réprimer la société civile, de limiter la liberté de la presse et d’affaiblir l’indépendance du pouvoir judiciaire. Au lieu de s’attaquer au capitalisme de connivence, ces leaders installent généralement des formes de systèmes corrompus qui sont encore pires, a déclaré José Ugaz.

Ce n’est que lorsque la liberté d’expression, la transparence dans tous les processus politiques et de solides institutions démocratiques existent que la société civile et les médias peuvent exiger des personnes au pouvoir qu’elles rendent des comptes et que la corruption peut être combattue avec succès. 

Les notes attribuées par l’indice à la Hongrie et à la Turquie — pays qui connaissent une montée de dirigeants autocrates — ont baissé ces dernières années. En revanche, la note de l’Argentine, qui a chassé du pouvoir un gouvernement populiste, commence à s’améliorer.

 

Ce qu’il faut faire

Il ne suffit pas d’apporter des corrections techniques aux lois luttant spécifiquement contre la corruption. Ce qu’il est urgent de faire, ce sont de profondes réformes systémiques qui compensent le déséquilibre croissant du pouvoir et des richesses en habilitant les citoyens à mettre fin à l’impunité généralisée de la corruption, à demander des comptes aux puissants et à avoir véritablement leur mot à dire dans les décisions qui affectent leur vie quotidienne.

Ces réformes doivent inclure la divulgation par le biais de registres publics du nom des propriétaires d’entreprises, ainsi que des sanctions pour les facilitateurs professionnels qui se rendent complices de transferts transfrontaliers de flux d’argent obtenu de manière frauduleuse.

 

Les résultats

L’Indice de perception de la corruption 2016 porte sur les perceptions de corruption dans le secteur public dans 176 pays.

Le Danemark et la Nouvelle-Zélande obtiennent les meilleurs résultats avec une note de 90, suivis de près par la Finlande (89) et la Suède (88). Bien qu’aucun pays ne soit exempt de corruption, les pays en haut du classement partagent les caractéristiques suivantes :gouvernement transparent, la liberté de la presse, la garantie des libertés civiles et des systèmes judiciaires indépendants.

Pour la dixième année consécutive, la Somalie est le pays le moins performant de l’indice, où elle enregistre cette année une note de 10 seulement. Le Soudan du Sud est en avant dernière position avec une note de 11, précédé de la Corée du Nord (12) et de la Syrie (13). Les pays en bas du classement se caractérisent par une impunité généralisée dans les affaires de corruption, une mauvaise gouvernance et des institutions faibles.

Les pays des régions en difficulté, en particulier au Moyen-Orient, ont enregistré les baisses les plus importantes cette année. Le Qatar est le pays qui a perdu le plus de places au classement par rapport à l’indice 2015 avec une baisse de 10 points.

Les scandales de la FIFA, les enquêtes sur la décision d’accueillir la Coupe du monde en 2022 au Qatar et les rapports de violations des droits humains pour les travailleurs migrants ont eu des répercussions évidentes sur la perception du pays.

José Ugaz

 

Partager

Articles liés

L’ITIE exige la publication de rapports ITIE exhaustifs, incluant la divulgation complète des revenus de l’État issus des industries extractives, ainsi que la divulgation de tous les paiements significatifs versés au gouvernement par les entreprises pétrolières, gazières et minières. L’objectif de ce rapport ITIE est de renforcer la compréhension du niveau de la contribution du...
Dans le cadre de la poursuite des activités de ces projets, une consultation de huit (08) villages du département de la Lékoumou a été réalisée avec pour perspective de recenser les informations concernant les villages dudit département. Un focus a été mis sur les communautés locales et les groupes vulnérables, notamment les populations autochtones et...
L’aptitude des communautés locales et populations autochtones (CLPA) à s’engager efficacement dans le cadre des concertations relatives aux fonds de développement locaux nécessite un renforcement de leur capacité.
Malgré les décennies de recherche et de mesures en vue de défier la “malédiction des ressources”, les progrès sont dans l’ensemble controversés. L’extraction des ressources naturelles ne joue pas pleinement le rôle qu’elle pourrait potentiellement occuper dans le développement, en particulier dans les pays producteurs de matières premières tels que l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie....
Exposer directement leurs besoins, dénoncer des cas d’exploitation illégale des forêts, … Longtemps exclus de la chaîne de décisions inhérentes à la gouvernance forestière, autochtones et communautés locales du département de la Lékoumou ont désormais voix au chapitre au terme de nouvelles politiques forestières. Mais d’énormes défis à relever. Comme des chrétiens en pleine effusion...
Enjeu majeur pour le développement de tout pays, la Santé publique demeure une préoccupation constante pour tous les gouvernements. Au Congo, cette préoccupation contenue dans la Constitution du 25 octobre 20151 est reprise dans la nouvelle vision de la Politique Nationale de Santé (PNS) 2018- 2030 qui fixe les principales orientations stratégiques à mettre en...
Chers Camarades, Chers Partenaires, Le mouvement Publiez Ce Que Vous Payez vise à rendre la gouvernance des ressources pétrolières, gazières et minières, ouverte, transparente, responsable, redevable et durable. La septième Conférence Afrique de PCQVP a eu lieu en ligne du 24 au 26 mars 2021, avec la participation massive des membres de PCQVP du continent...
Jacob Zuma, ancien président sud-africain, est actuellement derrière les barreaux dans sa province natale du KwaZulu-Natal. Accusé de corruption, il a refusé de témoigner dans le cadre de l’enquête sur la capture d’État, ce qui lui a valu une peine de 15 mois de prison. Zuma est l’un des rares chefs d’État africains à avoir fait face à...
Cinq ans après l’adoption de l’accord de Paris en 2015, l’un des plus grands jalons en matière de lutte contre le changement climatique, les pays forestiers tropicaux manquent toujours d’ambition en matière de réduction de leurs émissions et d’intégration des forêts dans leurs solutions en faveur du climat. Les conclusions d’un nouveau rapport Fern soulignent...
En République du Congo, le cadre législatif requiert depuis longtemps que les contrats signés entre l’Etat et les entreprises pétrolières soient rendues publics. Ces contrats ont en effet le caractère d’une loi et en suivent ainsi le même parcours législatif, jusqu’à leur publication au Journal Officiel (JO). De plus, des progrès significatifs ont été faits...
Le processus REDD+ est pris en compte dans la politique forestière et la stratégie de développement durable. Ces instruments politiques sont indexés aux lois qui régissent la protection des ressources naturelles et les droits des communautés locales et populations autochtones (CLPA). Cependant, les CLPA sont encore peu impliquées dans l’initiative et elles sont mal informées...
(Agence Ecofin) – Comme dans l’édition précédente, l’index 2020 de la liberté économique évalue 51 pays africains sur la base de 12 facteurs quantitatifs regroupés en quatre grandes catégories. Même si l’Ile Maurice conserve son range de leader, plusieurs bouleversements sont toutefois observés dans ce nouveau classement.