Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

rpdh-ti-ue-4-mar-2016

Atelier RPDH, Transparency International et Union Européenne à Pointe-Noire

Le 04 mars 2016 , s’est tenue au siège de la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) à Pointe-Noire, une séance de travail entre la RPDH, Transparency International et la Délégation de l’Union Européenne de Brazzaville sur la mise en œuvre du projet : « Appui à la citoyenneté et à la mise en œuvre des droits économiques et sociaux en République du Congo, à travers la promotion de la transparence et de la lutte contre la corruption », financé par l’Union Européenne pour une durée de trois ans et mis en œuvre par la RPDH et Transparency International (TI).

Après le mot  de  bienvenue à la Délégation de l’Union Européenne (UE), le président de la RPDH, Christian MOUNZEO, a présenté les membres de la RPDH ainsi que le représentant de TI, partie prenante au projet.

Prenant la parole, Piero VALABREGA, chargé des programmes Gouvernance, Justice et Droits de l’Homme à l’UE, a mis un accent particulier sur le suivi et la mise en œuvre du projet, au regard de ses objectifs ambitieux pour l’UE et pour la République du Congo. Il a rassuré la RPDH sur l’engagement de la Délégation dans le suivi des activités du projet, car sa mise en œuvre pourrait parfois impliquer des événements ou des situations imprévues. Pour Mr Valabrega, la RPDH représente une organisation non-gouvernementale de référence, à Pointe-Noire et au Congo, donc  le projet d’appui à la citoyenneté et à la mise en œuvre des droits économiques et sociaux à travers la promotion de la transparence et de la lutte contre la corruption offrira une opportunité  importante pour faire ses preuves dans la gestion du projet et consolider sa gouvernance interne. Un tel projet n’est pas seulement destiné à  atteindre les objectifs, il sert aussi à se renforcer. « A la fin du projet, la RPDH doit être plus forte », a-t-il déclaré. M. Valabrega a aussi mentionné les aspects  de communication du projet. En effet, la communication est très importante  car elle permet de mettre en bonne évidence les objectifs, les activités et les résultats atteints. Enfin, il a présenté le calendrier de l’UE relatif aux événements à venir, en souhaitant que la RPDH puisse y participer, à côté de tous les autres projets actuellement financés par l’UE en République de Congo.

De son côté, Olivier KOWALYK, assistant Finances et Contrats à l’UE, tout en confirmant la disponibilité de l’UE à s’impliquer directement  dans le suivi du projet, a ajouté : « Toutes les personnes impliquées dans le projet doivent lire le contrat ». Car celui- ci dispose des réponses aux problèmes auxquels le RPDH pourra se trouver confronté lors de sa mise en œuvre.

Les représentants de l’UE  ont, par ailleurs, rappelé l’importance de la thématique du projet pour l’UE et  la nécessité de sa bonne mise en œuvre, compte tenu du fait que c’est la première fois que RPDH développe une projet  d’une telle ampleur. Bien le mettre en œuvre fera la fierté à la fois des citoyens congolais et ponténégrins, de l’UE et de la RPDH.

De son côté, le Coordonnateur régional pour l’Afrique centrale de TI, Lucas OLO, a apporté des explications sur  l’action de l’organisation dont il fait partie pour renforcer la RPDH à travers le processus d’accréditation, qui représente l’un des objectifs principaux de ce projet. Lucas OLO a aussi rappelé la nécessité d’avoir un plan de communication du projet.  Il a, ensuite, fait un bref résumé des  séances de travail entre TI et RPDH, organisées deux jours avant la réunion avec la Délégation de l’UE. Au cours de ces ateliers, ont été  abordés les sujets relatifs à  l’analyse du budget du projet, l’approche CAJAC (Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne) et le SIL (Système d’Intégrité Local en sigle).

Reprenant la parole, le Président de la RPDH a marqué son adhésion à la démarche proposée par l’UE. « Une chose est d’avoir le financement et une autre est sa mise en œuvre » a-t- il indiqué. Il a soutenu et démontré l’importance de la communication dans le domaine des droits de l’homme et de la gouvernance.

Enfin, clôturant la séance de travail, Christian MOUNZEO a souligné l’importance de ce type de rencontre de suivi du projet et  remercié les collègues de l’UE pour leur implication dans la mise en œuvre qui va nécessairement rencontrer du succès.

 

Partager

Articles liés

Résoudre le problème du changement climatique sans protéger les forêts et mettre fin à la déforestation est une tâche impossible. Partout dans le monde, les forêts fournissent d’importants services écosystémiques et moyens subsistance. Elles sont bien plus qu’une réserve de carbone qu’il faut protéger – elles l’absorbent aussi activement. Selon des estimations scientifiques récentes, les...
Plus de 230 organisations de la société civile issues de 62 pays publient une déclaration appelant les dirigeant·e·s mondiaux·ales présent·e·s à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Égypte à protéger les droits humains et l’environnement de la ruée vers les minerais utilisés pour les technologies d’énergies renouvelables.  Les organisations signataires...
Il s’est tenu le 20 septembre 2022 à Pointe-Noire-Salle de conférence Hôtel Hilary, une table-ronde sur les initiatives climatiques et la gestion durable des forêts
Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...