Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

paulinmakaya

Congo-Brazzaville. Les autorités doivent libérer un leader de l’opposition détenu depuis deux mois

Les autorités du Congo doivent libérer immédiatement et sans condition un dirigeant de l’opposition, arrêté et détenu depuis plus de deux mois pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International lundi 1er février 2016.

Paulin Makaya, président du parti Unis pour le Congo (UPC), a été arrêté le 23 novembre 2015 alors qu’il s’était rendu au bureau du procureur général pour y être interrogé. Il est inculpé d’infractions en rapport avec sa participation à une manifestation organisée le 20 octobre à Brazzaville pour protester contre les amendements à la Constitution du pays.

« Le droit d’exprimer des opinions politiques et le droit de manifester pacifiquement sont des droits fondamentaux qui doivent toujours être respectés et protégés, particulièrement en période électorale, a déclaré Alioune Tine, directeur du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique centrale et de l’Ouest.

« Paulin Makaya et d’autres personnes détenues simplement pour avoir exercé ces droits doivent être libérés immédiatement et sans condition. »

Amnesty International estime que Paulin Makaya, ainsi que plusieurs autres accusés arrêtés durant la même période, sont des prisonniers d’opinion détenus uniquement pour avoir exprimé sans violence leurs opinions politiques.

Le traitement réservé à Paulin Makaya a enfreint plusieurs normes internationales d’équité des procès, ainsi que la législation nationale. Il a été interrogé à plusieurs reprises sans son avocat, détenu pendant sept jours sans être inculpé ni comparaître devant un tribunal, et il a fallu sept semaines, et non cinq jours comme le prévoit la loi congolaise, pour qu’il obtienne une réponse à sa demande de libération sous caution – finalement refusée le 20 janvier.

Parmi les accusations portées à l’encontre de Paulin Makaya figurent l’incitation à troubler l’ordre public, la détention illégale d’armes de guerre et de munitions, et la complicité en vue de provoquer des incendies.

« Toutes les charges retenues contre Paulin Makaya doivent être abandonnées. À l’approche des élections nationales, les autorités doivent promouvoir et faciliter les manifestations pacifiques et respecter l’expression d’opinions divergentes », a déclaré Alioune Tine.

Complément d’information

Le 20 octobre 2015, les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des balles réelles contre des personnes qui manifestaient contre le projet de réforme constitutionnelle, à Brazzaville.

Le 25 octobre 2015 a eu lieu un référendum visant à permettre, entre autres, au président en exercice de briguer un troisième mandat en 2016.

Ce référendum a été précédé par des manifestations organisées à Brazzaville, à Pointe-Noire et dans d’autres villes, les contestataires entendant exprimer leur opposition aux projets de modification de la Constitution.

Les heurts entre forces de sécurité et manifestants ont fait au moins 16 morts parmi les manifestants et les passants, à Brazzaville et Pointe Noire.

Durant la période qui a précédé le référendum, la liberté d’expression a été fortement restreinte : les services d’Internet mobile et de messages texte, et le signal de transmission de certaines stations de radio ont été coupés à Brazzaville.

L’élection présidentielle, initialement prévue en juillet 2016, aura finalement lieu le 20 mars.

 

Partager

Articles liés

Résoudre le problème du changement climatique sans protéger les forêts et mettre fin à la déforestation est une tâche impossible. Partout dans le monde, les forêts fournissent d’importants services écosystémiques et moyens subsistance. Elles sont bien plus qu’une réserve de carbone qu’il faut protéger – elles l’absorbent aussi activement. Selon des estimations scientifiques récentes, les...
Plus de 230 organisations de la société civile issues de 62 pays publient une déclaration appelant les dirigeant·e·s mondiaux·ales présent·e·s à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Égypte à protéger les droits humains et l’environnement de la ruée vers les minerais utilisés pour les technologies d’énergies renouvelables.  Les organisations signataires...
Il s’est tenu le 20 septembre 2022 à Pointe-Noire-Salle de conférence Hôtel Hilary, une table-ronde sur les initiatives climatiques et la gestion durable des forêts
Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...