Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

Les ONG s’alarment de l’abandon possible par l’UE de la lutte contre l’exploitation illégale des forêts et des engagements envers les pays forestiers

Nous sommes une coalition d’organisations non gouvernementales de défense de l’environnement et des droits humains qui vous écrivons pour vous faire part de nos inquiétudes concernant les conclusions préliminaires du bilan de qualité du plan d’action FLEGT Fitness Check FLEGT mené par la Direction Générale de l’Environnement de la Commission européenne.

Les conclusions de ce bilan de qualité ne nous semblent pas équilibrées car elles ne reflètent ni les points de vue des pays partenaires producteurs de bois ni les multiples et importantes avancées induites par le FLEGT.

Nous craignons que la Commission européenne ne propose que le plan d’action FLEGT, l’outil phare de l’UE pour lutter contre l’exploitation illégale des forêts, et ses accords de partenariat volontaire (APV)  soient abrogés à terme, ce qui représenterait une régression majeure pour les parties prenantes dans l’UE ainsi que pour les gouvernements et la société civile des pays producteurs de bois qui ont travaillé sans relâche pour améliorer la gouvernance forestière et renforcer les droits et les moyens de subsistance des populations forestières en Afrique, en Asie du Sud Est et en Amérique du Sud. Nous demandons à la Commission européenne (CE) de publier de toute urgence le bilan de santé du FLEGT afin de permettre un examen minutieux de ses conclusions.

Le règlement FLEGT et les APV constituent l’outil phare de l’UE pour lutter contre l’exploitation illégale des forêts et stimuler le commerce de bois d’origine légale. Les APV s’attaquent aux problèmes sous-jacents de gouvernance et d’application de la loi en confiant les principaux pouvoirs de décision aux parties prenantes des pays producteurs et en mettant en place des mesures incitatives, par le biais de préférences commerciales et de la fourniture d’une aide au renforcement des capacités. Dans de nombreux pays, les processus nationaux d’APV ont déclenché des réformes juridiques, aboutissant à de nouvelles lois qui incluent des éléments solides de durabilité.

Malgré les difficultés rencontrées dans leur mise en œuvre, les APV ont eu de nombreux effets positifs et constituent un modèle qui pourrait être appliqué aux produits de base agricoles. C’est pourquoi nous pensons qu’il est essentiel que le règlement FLEGT, ainsi que les APV qui le sous-tendent, soient maintenus et renforcés, en tant que contribution essentielle aux actions de l’UE contre la déforestation. En outre, en garantissant que les forêts sont gérées de manière inclusive et transparente, le règlement FLEGT contribue également aux objectifs du Pacte vert pour l’Europe et aux objectifs de l’Accord de Paris. Nous demandons à la CE de fournir une analyse des impacts probables sur les pays partenaire de l’abrogation du plan d’action FLEGT (si cette analyse n’est pas incluse dans le bilan de santé du FLEGT).

Notre position est résumée dans la déclaration suivante, signée par plus de 40 ONG du monde entier.

Nous sommes également préoccupés par une version récemment divulguée du document de travail de la Commission européenne relatif à un nouveau règlement sur la déforestation, y compris le bois. Ce document suggère que le règlement ne couvrirait pas plusieurs produits importants et ne serait pas mis en place avant 2025. Il ne couvrirait pas non plus les zones à risque comme les zones humides et les savanes, et n’inclurait pas le respect des régimes fonciers coutumiers comme critère contraignant pour la mise sur le marché européen de produits.

En outre, ce projet de document de travail laisserait entendre que le maintien des APV/FLEGT serait incompatible avec une nouvelle loi européenne sur la déforestation qui irait au-delà de la légalité afin d’inclure des critères de durabilité applicables au bois et à d’autres commodités à risque. Cependant, il n’est peu, voire pas du tout, question de la manière dont les APV/FLEGT existants pourraient être mis à jour pour palier les faiblesses identifiées et intégrer les nouveaux critères de durabilité (comme cela est proposé pour le règlement sur le bois de l’Union européenne). Il ne semble pas non plus y avoir de proposition de mécanisme alternatif conçu pour remplacer les APV afin de faciliter l’engagement et le renforcement des capacités avec les pays producteurs qui seront nécessaires pour soutenir l’amélioration des cadres juridiques nationaux en accord avec les nouveaux critères de durabilité de l’UE. Au lieu de cela, le document suggère que les APV actuels seront maintenus même s’ils peuvent s’avérer incompatibles avec les exigences légales de l’UE pour le bois, sous réserve d’un accord politique potentiel pour minimiser les conséquences diplomatiques dans les pays APV. D’un point de vue politique, cette approche risque d’être aliénante plutôt que de renforcer la volonté politique, les incitations et les capacités des pays producteurs à entreprendre les réformes juridiques nécessaires, d’une manière inclusive et démocratique, vers des normes plus élevées.

L’avenir des forêts du monde doit demeurer en bonne place des efforts diplomatiques de l’UE. Les instruments existants et performants tels que le FLEGT doivent être maintenus et renforcés afin d’atteindre les objectifs du Pacte vert pour l’Europe dans l’UE et à l’étranger.

Nous serions heureux de connaître votre avis sur toutes ces questions et de pouvoir discuter avec vos services de l’avenir du FLEGT dans le cadre de l’adoption d’un nouveau règlement européen sur la déforestation.

Partager

Articles liés

De l’urgence d’inclure la problématique des droits fonciers coutumiers au centre des priorités de l’action gouvernementale !
Le Fonds Monétaire International (FMI) vient d’achever une mission virtuelle de consultation avec les autorités de la République du Congo au titre de l’article IV, ce 21 juillet 2021. La mission a pu échanger avec la société civile congolaise au cours d’une réunion à laquelle a participé la Coalition Congolaise Publiez Ce Que Vous Payez....
La transparence électorale et la libération de l’espace civique: gages d’une élection présidentielle crédible. Nous devons aller aux prochaines élections dans la transparence et la paix. Au regard de cet engagement du Président de la République, la coalition Tournons La Page-Congo (TLP-Congo) soulève de nombreuses préoccupations sur les conditions dans lesquelles le processus de l’élection...
Le droit à la propriété figure à l’article 17 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui dispose que : « Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété… » et est protégée par la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur les peuples tribaux. Ce droit est...
Le gouvernement congolais vient de décider de l’obligation des dépistages aux frontières aériennes. Si cette mesure qui contribue à la limitation de la propagation de la Covid-19 est bien accueillie par les populations, elle suggère néanmoins des préoccupations quant au choix du Cabinet retenu et à la prise en charge du coût de dépistage imputé...
La Pandémie mondiale du Covid 19 a de graves conséquences sur différents aspects de la vie humaine, spécialement sur la santé humaine mais aussi sur l’économie de manière générale. Les mesures de confinement établies partout dans le monde ont provoqué un arrêt de la production mondiale des biens et services, et opportunément une récession de...
L’humanité est secouée depuis la fin d’année 2019 par l’épidémie du COVID 19. Déclarée à Wuhan en Chine, et devenue pandémie mondiale selon  l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui le 11 mars 2020, a exigé des mesures de protection essentielles afin de prévenir la saturation des structures hospitalières et renforcer l’hygiène préventive, à savoir : limitation des contacts physiques, des attroupements et...
La République du Congo met en œuvre l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) depuis 2008. En adhérant à l’Initiative, le gouvernement congolais s’est engagé à accroître la transparence dans les secteurs extractifs y compris le bois, et de divulguer des informations sur les revenus générés par l’exploitation du pétrole, des mines et...
Le 18 février 2020, la République du Congo réceptionne la troisième turbine de la Centrale Electrique du Congo construite par ENI Congo dans le cadre du projet intégré « Upstream- downstream » signé le 17 mai 2006. Pour rappel, courant l’année 2000, la République du Congo a décidé d’investir massivement dans les infrastructures de production...
Le gouvernement a réalisé des progrès en matière de reconnaissance du droit international à travers l’adhésion à divers conventions et traités en matière de promotion des droits humains et de la gouvernance. L’intégration dans certaines législations nationales des dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’homme, cas du préambule de la Constitution du 06...
La Coalition Congolaise « Publiez ce que vous payez (PCQVP), dans son engagement pour la transparence et la redevabilité dans la gestion des revenus publics suit avec un réel intérêt les démarches entreprises par le gouvernement pour apporter des réponses à la crise économique et financière engendrée par la baisse des cours des barils, exacerbée...
Au terme de plus de deux années de négociation, un accord financier au titre de la facilité élargie de crédit a finalement été conclu entre la République du Congo et le Fonds Monétaire International (FMI). Publiez ce que vous payez-Congo se félicite de ce qu’un accord de prêt portant sur un montant de 448,6 millions de dollars (399 millions d’euros), sur trois ans, ait été trouvé avec le FMI. La...