Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

FMI

Déclaration des services du FMI à l’issue de leur mission au titre de l’article IV de 2021 pour la République du Congo

Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens sur les programmes de référence ou d’une autre forme de suivi de l’évolution économique des pays membres.

Les autorités ont consenti à la publication de la présente déclaration. Les avis exprimés dans ces conclusions sont celles des services du FMI et ne représentent pas nécessairement celles du conseil d’administration. Sur la base des observations préliminaires de cette mission, les services du FMI établiront un rapport qui, sous réserve de l’approbation de la direction générale du FMI, sera soumis à l’examen et à la prise de décision de son conseil d’administration.

  • La reprise économique restera difficile à atteindre en 2021, car l’impulsion provoquée par le fort rebond des prix du pétrole a été largement atténuée par la faiblesse persistante de la production pétrolière, l’impact des mesures restrictives prises pour lutter contre la pandémie, la persistance des arriérés intérieurs et des faiblesses structurelles sous-jacentes.
  • Dans les années à venir, la reprise dans le secteur non pétrolier devrait progressivement s’accélérer mais les réformes structurelles visant à améliorer la gestion économique, la gouvernance, et le soutien à l’activité du secteur privé seront déterminantes pour la vigueur de la reprise.
  • La discipline budgétaire à moyen terme, l’utilisation accrue des financements concessionnels, et un soutien accru des partenaires au développement seront essentiels pour bâtir une croissance économique plus forte et plus résiliente.

Washington, DC Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par Pritha Mitra a tenu des discussions de façon virtuelle avec les autorités congolaises du 14 au 21 juillet 2021 pour mener les consultations au titre de l’article IV de 2021.

À l’issue de la mission, Madame Mitra a fait la déclaration ci-après :

« La pandémie de la Covid-19 et la baisse des prix du pétrole qui s’en est suivie ont eu des conséquences importantes sur l’économie du Congo en 2020. En effet, les mesures de lutte contre la pandémie mises en œuvre—notamment le confinement des populations, la fermeture des frontières et des activités non essentielles, le couvre-feux et le respect de la distanciation sociale—aggravées par la baisse des prix du pétrole ainsi que de sa production, ont eu pour conséquence une contraction de 8,2 pour cent de l’économie en 2020.

« La reprise restera difficile à atteindre en 2021, avec une contraction de l’activité économique projetée à 0,2 pour cent. L’impulsion attendue du fort rebond des prix du pétrole est largement atténuée par la faiblesse persistante de la production pétrolière et le faible dynamisme du secteur non pétrolier de l’économie dues au maintien de certaines mesures restrictives prises pour lutter contre la pandémie, à la persistance des arriérés intérieurs, et aux faiblesses structurelles sous-jacentes. Toutefois, la vaccination qui a connu un démarrage lent, est en nette progression actuellement. L’inflation est modérée et devrait atteindre 2,0 pour cent en moyenne en 2021.

« Dans les années à venir, la reprise dans les secteurs non pétroliers devrait progressivement s’accélérer grâce aux efforts déployés par les autorités pour diversifier l’économie, stimuler l’intégration sociale et s’adapter au changement climatique. Des réformes structurelles visant à améliorer la gestion économique, la gouvernance, et le soutien à l’activité du secteur privé—y compris en améliorant son accès au financement ainsi que la hausse des dépenses dans les secteurs sociaux et dans les infrastructures—seront déterminantes pour renforcer la compétitivité extérieure du pays et la vigueur de la reprise économique.

« La politique budgétaire continue de viser à atteindre de manière conjointe des objectifs difficiles, notamment la lutte contre la pandémie, soutien essentiel à une reprise économique résiliente et une gestion prudente de la dette. À cette fin, le déficit primaire non-pétrolier devrait se creuser en 2021 à 17,2 pour cent du PIB hors pétrole, tiré par les dépenses sociales, les charges liées aux soins de santé (y compris la vaccination) et à l’éducation. Les réformes initiées en 2019, entraînant des réductions régulières des transferts liés au pétrole, notamment ceux en faveur de la raffinerie et de la Centrale Electrique du Congo (CEC), se poursuivent. Dans le même ordre d’idées, la mise en œuvre des mesures d’amélioration des recettes intérieures—telles que l’introduction des paiements électroniques et l’élargissement de l’assiette fiscale—va être renforcée, afin d’améliorer les recettes non pétrolières en dépit de la contraction de l’économie. Les rentrées de recettes pétrolières supplémentaires contribuent à financer le déficit et rembourser les arriérés intérieurs et la dette extérieure, y compris les prêts commerciaux externes récemment restructurés.

« Les autorités sont encouragées à continuer de remédier aux importantes vulnérabilités de la dette par le renforcement des capacités de gestion de la dette et le règlement des arriérés de paiements extérieurs. Ces efforts, associés à la hausse des prix du pétrole et à l’allègement du service de la dette dans le cadre de la ISSD du G20, contribueraient à réduire le fardeau de la dette.

« Dans ce contexte, les autorités sont invitées à poursuivre la discipline budgétaire à moyen terme. Les réformes budgétaires récemment mises en œuvre continueraient de soutenir une réduction progressive des déficits budgétaires non-pétroliers. En outre, ces efforts budgétaires devraient être renforcés par l’élimination progressive des subventions à la raffinerie nationale et par l’amélioration de la facturation et du recouvrement de la consommation d’électricité en vue de couvrir ses coûts de production—tout en préservant l’aide sociale an bénéfice des plus pauvres—formuler un plan de règlement réaliste des arriérés intérieurs restants, et améliorer la gestion des investissements publics. Par ailleurs, le recours exclusif aux financements extérieurs à des conditions concessionnelles sera crucial pour contenir l’endettement du pays. Ces mesures supplémentaires, associées à un soutien accru des partenaires au développement, réduiraient non seulement les vulnérabilités budgétaires, mais augmenteraient également les marges de manœuvre budgétaires pour accélérer les investissements dans les infrastructures, les capacités de production et la mise en œuvre des réformes nécessaires pour réduire la pauvreté et impulser une reprise économique plus forte et plus résiliente.

« La mise en œuvre des réformes structurelles avance mais lentement. Au cours des prochains mois, les autorités ont l’intention de finaliser l’audit des arriérés intérieurs pour 2017-18 et soumettre au Parlement des modifications à la loi sur la lutte contre la corruption et la nouvelle législation réformant la Cour des comptes. Les autorités sont encouragées à poursuivre le renforcement de la gestion des finances publiques par une étroite surveillance des dépenses, un audit des dépenses liées à la pandémie, et la collecte précise et centralisée des recettes pétrolières et non pétrolières, en bénéficiant des gains d’efficacité et de transparence à instaurer dans la gestion des ressources publiques.

« La mission a rencontré le Ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille Public, M. Rigobert Roger Andely, la Ministre de l’Economie, du Plan, de la Statistique et de l’Intégration Régionale, Mme Ghislaine Ingrid Ebouka Babackas, la Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo, Mme Arlette Soudan-Nonault, et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement. La mission du FMI a également rencontré des représentants de la société civile, du secteur privé, et des partenaires au développement.

« La mission tient à remercier les autorités congolaises pour les discussions riches et productives et une excellente coopération. »

Département de la communication du FMI
RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: ANDREW KANYEGIRIRE

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100COURRIEL: MEDIA@IMF.ORG

Partager

Articles liés

Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...
L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) en partenariat avec la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH), sous la facilitation du Forum pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme(FGDH) et avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec le financement de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique,...
Dans le cadre de la mise en œuvre des  projets « Intégrité dans les initiatives climatiques comme REDD+», financé par l’Agence Française de Développement (AFD), et FGMC 2, financé par le FCDO,  une équipe de la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) a séjourné, du 19 au 22 mai 2021 à Dolisie...
Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) Congo publie, ce mercredi 06 mai 2020, sa sixième étude de suivi des investissements publics dans le domaine de la santé. Cette étude a porté d,une part sur 9 projets identifiés en 2017 pour un coût de 4 766 000 000 FCFA et 59 projets ciblés de 2018 évalués...
L’intégration du volet forêts dans l’Initiative pour la  Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) de la République du Congo constitue un engagement fort pour garantir la transparence des flux financiers dans le secteur forestier et renforcer le recouvrement des recettes forestières pour une meilleure contribution à l’économie nationale et aux objectifs de développement du pays....