Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

Photo by i_am_zews / Shutterstock

Journée africaine de lutte contre la corruption 2021 : les gouvernements permettront-ils aux citoyens de se joindre à la lutte ?

Jacob Zuma, ancien président sud-africain, est actuellement derrière les barreaux dans sa province natale du KwaZulu-Natal. Accusé de corruption, il a refusé de témoigner dans le cadre de l’enquête sur la capture d’État, ce qui lui a valu une peine de 15 mois de prison.

Zuma est l’un des rares chefs d’État africains à avoir fait face à des accusations de corruption dans leur propre pays. Sa démission en 2018 et les enquêtes qui ont suivi sont la victoire du peuple sud-africain, propulsé par la société civile, des médias courageux et des tribunaux vigilants. Les événements qui se déroulent en Afrique du Sud contiennent donc des leçons pour l’ensemble de la région.

La corruption, en particulier la corruption de haut niveau et la grande corruption, constitue un obstacle important à la gouvernance démocratique, à la protection des droits de l’homme et au développement durable en Afrique. Consciente de cette menace, l’Union africaine a adopté ce jour, il y a 18 ans, la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption (CUAPLC) à Maputo, au Mozambique. Depuis 2017, les pays de la région marquent le 11 juillet comme la Journée africaine annuelle de lutte contre la corruption.

Les progrès réalisés à ce jour

À en juger des engagements de l’Union africaine en matière de lutte contre la corruption, les gouvernements de la région semblent désireux de s’attaquer à ce fléau. À ce jour, 44 des 55 pays africains ont ratifié la CUAPLC. Comme l’exige la convention, les pays ont mis en place des lois et des institutions nationales de lutte contre la corruption.

Presque tous les pays disposent désormais d’une agence gouvernementale spécialisée dans la lutte contre la corruption. En outre, de nombreux pays disposent d’agences spécialisées dans des domaines spécifiques de la lutte contre la corruption, comme les services de renseignements financiers pour lutter contre le blanchiment d’argent et les flux illicites, les agences d’intégrité pour lutter contre les conflits d’intérêts et l’enrichissement illicite, entre autres.

La corruption, cependant, ne semble pas bouger et l’Afrique reste la région la plus touchée par ce fléau. Dans toute la région, des fonctionnaires peu scrupuleux ont été exposés comme des cibles faciles pour des multinationales – comme GlencoreOdebrecht et Semlex – qui ont recours à la corruption en échange de contrats gouvernementaux et de licences lucratives. En outre, la région continue de subir des sorties massives de ses ressources à travers des flux financiers illicites, ce qui réduit la capacité des gouvernements africains à fournir des services de base à leurs citoyens.

Compte tenu du peu de ressources disponibles, laes fourniture deservices publics est également gangrenée par la corruption. Plus d’un citoyen africain sur quatre doit payer un pot-de-vin pour accéder aux services de base.

Lire tout l’article

Par : Paul Banoba, conseiller régional pour l’Afrique à Transparency International

 

Partager

Articles liés

Dans le cadre de la poursuite des activités de ces projets, une consultation de huit (08) villages du département de la Lékoumou a été réalisée avec pour perspective de recenser les informations concernant les villages dudit département. Un focus a été mis sur les communautés locales et les groupes vulnérables, notamment les populations autochtones et...
L’aptitude des communautés locales et populations autochtones (CLPA) à s’engager efficacement dans le cadre des concertations relatives aux fonds de développement locaux nécessite un renforcement de leur capacité.
Malgré les décennies de recherche et de mesures en vue de défier la “malédiction des ressources”, les progrès sont dans l’ensemble controversés. L’extraction des ressources naturelles ne joue pas pleinement le rôle qu’elle pourrait potentiellement occuper dans le développement, en particulier dans les pays producteurs de matières premières tels que l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie....
Exposer directement leurs besoins, dénoncer des cas d’exploitation illégale des forêts, … Longtemps exclus de la chaîne de décisions inhérentes à la gouvernance forestière, autochtones et communautés locales du département de la Lékoumou ont désormais voix au chapitre au terme de nouvelles politiques forestières. Mais d’énormes défis à relever. Comme des chrétiens en pleine effusion...
Enjeu majeur pour le développement de tout pays, la Santé publique demeure une préoccupation constante pour tous les gouvernements. Au Congo, cette préoccupation contenue dans la Constitution du 25 octobre 20151 est reprise dans la nouvelle vision de la Politique Nationale de Santé (PNS) 2018- 2030 qui fixe les principales orientations stratégiques à mettre en...
Chers Camarades, Chers Partenaires, Le mouvement Publiez Ce Que Vous Payez vise à rendre la gouvernance des ressources pétrolières, gazières et minières, ouverte, transparente, responsable, redevable et durable. La septième Conférence Afrique de PCQVP a eu lieu en ligne du 24 au 26 mars 2021, avec la participation massive des membres de PCQVP du continent...
Cinq ans après l’adoption de l’accord de Paris en 2015, l’un des plus grands jalons en matière de lutte contre le changement climatique, les pays forestiers tropicaux manquent toujours d’ambition en matière de réduction de leurs émissions et d’intégration des forêts dans leurs solutions en faveur du climat. Les conclusions d’un nouveau rapport Fern soulignent...
En République du Congo, le cadre législatif requiert depuis longtemps que les contrats signés entre l’Etat et les entreprises pétrolières soient rendues publics. Ces contrats ont en effet le caractère d’une loi et en suivent ainsi le même parcours législatif, jusqu’à leur publication au Journal Officiel (JO). De plus, des progrès significatifs ont été faits...
Le processus REDD+ est pris en compte dans la politique forestière et la stratégie de développement durable. Ces instruments politiques sont indexés aux lois qui régissent la protection des ressources naturelles et les droits des communautés locales et populations autochtones (CLPA). Cependant, les CLPA sont encore peu impliquées dans l’initiative et elles sont mal informées...
(Agence Ecofin) – Comme dans l’édition précédente, l’index 2020 de la liberté économique évalue 51 pays africains sur la base de 12 facteurs quantitatifs regroupés en quatre grandes catégories. Même si l’Ile Maurice conserve son range de leader, plusieurs bouleversements sont toutefois observés dans ce nouveau classement.
Les populations des villages Nkoungou, Nfignou, Tchiobo 2, et Mongo-Tandou, de la sous préfecture de Loango dans le Kouilou ont été sensibilisées et formées le 26 septembre 2020 sur le processus REDD+, les mécanismes de partage des bénéfices et de gestion des plaintes en lien avec la gestion durable des forêts, les mesures barrières de...
Une réevaluation des projets de santé visités entre 2011 et 2016 pour juger de leur developpement après le passage des équipes Publiez Ce Que Vous Payez.