Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

District de Louvakou

District de Louvakou: Expropriation sans indemnisation, conflits fonciers et pollution des rivières et des sols : Les villages KIBINDOUKA, MBOUMA et MALOLO II abandonnés !

Dans le cadre de la mise en œuvre des  projets « Intégrité dans les initiatives climatiques comme REDD+», financé par l’Agence Française de Développement (AFD), et FGMC 2, financé par le FCDO,  une équipe de la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) a séjourné, du 19 au 22 mai 2021 à Dolisie et Louvakou, pour d’une part, consulter les parties prenantes sur les processus Redd+ et la Contribution Déterminée au niveau National (CDN), et d’autre part, suivre et contrôler la mise en œuvre des droits des communautés locales et populations autochtones de la localité.

Cette mission a pu s’entretenir avec les directions départementales de l’Agriculture, de l’Economie forestière, de l’Environnement, des Populations Autochtones, de la Pêche, de l’Elevage, mais aussi avec les Organisations de la Société Civile (OSC) locales et les journalistes sur les outils de la gouvernance forestière et climatique comme REDD+, APV, CAFI, CDN et les mécanismes de partage des bénéfices et de gestion des plaintes.

La consultation a permis aux médias de témoigner  des défis et contraintes affectant leur activité au quotidien, particulièrement dans la collecte des données et des informations liées à la  gouvernance forestière et climatique ; Ce fait concourt à limiter  l’accès à l’information et la participation des médias qui doivent, en principe, contribuer à alimenter le débat public sur ces questions de gouvernance. Par exemple, les médias éprouvent des difficultés pour accéder aux contrats forestiers, qui selon les propos d’un attaché de presse de la préfecture de Dolisie : «La Préfecture a du mal à  accéder  aux contrats des sociétés forestières, et ne peut donc contrôler les illégalités y afférentes ».

A la suite des descentes de terrain dans la localité de Louvakou, la mission a  constaté et révélé  plusieurs illégalités dans les villages Kibindouka, Mbouma et Malolo II, du fait des activités des entreprises mais aussi des conflits entre les  communautés locales  et la Société de riziculture dénommée Agri-Ressources. Cette société a exproprié les paysans de leurs champs depuis 2017 sans suite. Elle a même saccagé leurs bananeraies, après leur avoir fait des promesses d’indemnisation demeurées vaines à ce jour.

De même, l’utilisation des engrais chimiques par cette société Agro-industrielle pollue les  terres et rivières. Ce fait a été confirmé par le chef du Comité du village de MBOUMA qui a témoigné en ces termes : « nos rivières sont polluées, à chaque fois que nous  y allons pour faire la lessive où se laver, nous avons des irritations sur la peau. Nous craignons désormais de souffrir de la cécité dans l’avenir, car les substances utilisées par la société sont très dangereuses».

Ainsi, leurs champs ont été délocalisés. Ils sont obligés de parcourir de longues distances à pied pour aller travailler. La Représentante des femmes rurales du village MBOUMA a même déclaré que depuis l’installation de cette entreprise, « les rivières sont  polluées, alors que les femmes y déposent leurs tubercules de manioc pour fermentation et transformation. Le constat fait est que le manioc a finalement une mauvaise odeur, une mauvaise saveur, et il ne garde plus sa couleur d’origine, il devient noir ou violet ».

Par ailleurs, le Représentant des jeunes leaders communautaire du village KIBINDOUKA a notamment affirmé: « la société Agri-Ressource a saccagé nos plantations, nos vergers, malgré l’approche du dialogue que nous avons voulu instaurer pour mieux s’accorder avec elle en ce qui concerne l’occupation des terres, ils n’ont voulu rien savoir. Nous sommes donc obligés de délocaliser nos champs ».

Il convient de noter, enfin,  que les propriétaires fonciers de  cette partie du pays vendent leurs terres aux sociétés sans même un accord préalable  avec le comité du village et cela au détriment des habitants. Le chef du village n’est pas souvent impliqué lors de la vente des terrains et se trouve parfois surpris par l’arrivée des sociétés ; celles-ci entreprennent d’exproprier les paysans sans les avoir consultés au préalable.

La RPDH lance en conséquence un appel en direction des autorités afin qu’elles se mobilisent et prennent des mesures idoines en termes de solutions face à ces situations prévalant dans le district de Louvakou. Ce contexte est d’autant plus préoccupant que les entreprises incriminées ne respectent pas les nouvelles réformes législatives en matière de gestion des forêts, telles que les réformes apportées par la Loi n°33-2020 du 08 juillet 2020 portant Code Forestier. Elles  doivent nécessairement et urgemment  appliquer et respecter les nouvelles dispositions législatives en vigueur.

Le Gouvernement doit veiller en outre à garantir une participation effective des communautés locales et populations autochtones dans la prise des décisions ayant un impact dans leur vie.

La RPDH à travers son outil, le Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC) a recueilli les cas soumis par les victimes et entend apporter son assistance juridique  et judiciaire pour aider ces communautés locales à obtenir réparation et prévenir les atteintes à leurs droits.

 

Contacts Presse :

Kimpoutou Fabrice, Chercheur, Tél +242 066295210

Jeiss Michelle Miyalou, Assistant CAJAC, +24206981 5503

Partager

Articles liés

Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...
L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) en partenariat avec la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH), sous la facilitation du Forum pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme(FGDH) et avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec le financement de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique,...
Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) Congo publie, ce mercredi 06 mai 2020, sa sixième étude de suivi des investissements publics dans le domaine de la santé. Cette étude a porté d,une part sur 9 projets identifiés en 2017 pour un coût de 4 766 000 000 FCFA et 59 projets ciblés de 2018 évalués...
L’intégration du volet forêts dans l’Initiative pour la  Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) de la République du Congo constitue un engagement fort pour garantir la transparence des flux financiers dans le secteur forestier et renforcer le recouvrement des recettes forestières pour une meilleure contribution à l’économie nationale et aux objectifs de développement du pays....