Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

photo_makoua_-owando_2

La RPDH à Owando et Makoua – La lutte contre la corruption au cœur des échanges: « Ensemble brisons la chaine de la corruption! »

Une délégation de la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’homme (RPDH) a séjourné du 28 juin au 1er juillet 2018 à Owando et Makoua. La mission avait doubles objectifs : Lancer la campagne de lutte contre corruption à Makoua et Owando à travers la sensibilisation sur l’outil CAJAC (centre d’assistance juridique et d’action citoyenne) d’une part, rechercher et collecter les informations pour l’outil d’évaluation de la corruption locale qu’est le Système d’Intégrité Locale (SIL).

La corruption est un fléau qui freine le développement socio-économique. Elle est l’une des causes principales de la pauvreté dans les pays tel que le Congo-Brazzaville. Cet état de fait explique pourquoi les réformes en matière de lutte contre la corruption font parties des conditionnalités majeures qu’imposent les institutions comme le Fonds Monétaire International dans le partenariat et l’appui apportés aux pays pauvres mais riches par leurs ressources naturelles.

Pour que cette lutte soit possible et effective, la contribution de tous les acteurs sociaux est nécessaire. Les organisations de la société civile soucieuses d’apporter leur pierre à l’édifice en mettant en œuvre diverses stratégies dans ce sens. Telle est l’ambition de La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) bénéficiaire de l’appui technique et financier de l’Union européenne dans le cadre de l’exécution du projet « Renforcer le rôle de la société civile dans l’analyse et le suivi des politiques publiques et le contrôle de l’action citoyenne».

Dans ce cadre, la RPDH a entrepris une mission de terrain dans la Communauté urbaine de Makoua (Département de la Cuvette) et la Commune de Mossendjo (Département du Niari). Dans ces deux localités, l’organisation expérimente le Système d’Intégrité Locale (SIL) qui est un outil mis en place par Transparency International pour mesurer l’intégrité du système anti-corruption d’une localité. Transparency International a développé le SIL dans le but d’évaluer l’existence et l’efficacité des procédures et mécanismes visant à promouvoir la transparence, la redevabilité et l’intégrité et afin de lutter contre la corruption au niveau local ; fournir des recommandations sur les axes de réformes utiles à l’amélioration de la gouvernance locale et élaborer un plan de mesures de suivi pour renforcer l’intégrité locale en collaboration avec les parties prenantes intéressées.

Il ne s’agit pas d’indexer telle ou telle autre localité comme étant plus corrompue ou moins corrompue. Il est plutôt question de constater le niveau d’applicabilité des textes régissant les pratiques professionnelles afin d’apporter de façon consensuelle les solutions idoines. Le SIL s’élargit aussi aux pratiques administratives non codifiées qui sont sources de beaucoup de malentendus et d’indignations.

La phase de collecte des données notamment celle des enquêtes a été lancée à Makoua le 29 juin 2018. Cette phase conduira à la rédaction d’un rapport d’évaluation d’intégrité locale et par conséquent à la présentation d’un tableau des pratiques professionnelles. Des suggestions et recommandations accompagneront le rapport.

De même, la RPDH met en œuvre un autre outil anti-corruption : le Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne –CAJAC-.  Le CAJAC comme le SIL est aussi un outil de Transparency International. Centre d’accueil  des victimes et  témoins d’actes de corruption, le CAJAC aide les témoins et victimes à structurer les plaintes et les oriente vers les instances  compétentes. Il facilite également le dialogue entre les populations et l’administration, voir le secteur privé. Le CAJAC a pour objectif de renforcer les pouvoirs des citoyens lorsqu’ils déposent plainte pour des cas de corruption, faire le suivi devant les administrations concernées. Ainsi, trois valeurs le caractérisent : l’accueil, la confidentialité et l’intégrité.

La campagne de sensibilisation et d’information sur le CAJAC a été lancée le 30 juin à Makoua et le 1er juillet 2018 à Owando, avec comme leitmotiv : « Ensemble brisons la chaine de la corruption !»

Pour les deux outils, des comités consultatifs –une sorte de comité de veille- ont été mis en place dans chaque localité pour accompagner la démarche.

Justin Ducker MAMBIKI

Partager

Articles liés

En septembre, les partenaires de la société civile de Fern du bassin du Congo, d’Afrique de l’Ouest et d’Asie du Sud-Est sont venus à Bruxelles pour discuter avec les décideurs politiques de l’impact de la déforestation – sur les paysages ainsi que sur les populations. Plus précisément, ils ont partagé leur expertise sur lamanière dont...
L’objectif de ce rapport ITIE est de renforcer la compréhension du niveau de la contribution du secteur extractif au développement économique et social du Congo
Dans le cadre de la poursuite des activités de ces projets, une consultation de huit (08) villages du département de la Lékoumou a été réalisée avec pour perspective de recenser les informations concernant les villages dudit département. Un focus a été mis sur les communautés locales et les groupes vulnérables, notamment les populations autochtones et...
L’aptitude des communautés locales et populations autochtones (CLPA) à s’engager efficacement dans le cadre des concertations relatives aux fonds de développement locaux nécessite un renforcement de leur capacité.
Malgré les décennies de recherche et de mesures en vue de défier la “malédiction des ressources”, les progrès sont dans l’ensemble controversés. L’extraction des ressources naturelles ne joue pas pleinement le rôle qu’elle pourrait potentiellement occuper dans le développement, en particulier dans les pays producteurs de matières premières tels que l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie....
Exposer directement leurs besoins, dénoncer des cas d’exploitation illégale des forêts, … Longtemps exclus de la chaîne de décisions inhérentes à la gouvernance forestière, autochtones et communautés locales du département de la Lékoumou ont désormais voix au chapitre au terme de nouvelles politiques forestières. Mais d’énormes défis à relever. Comme des chrétiens en pleine effusion...
Enjeu majeur pour le développement de tout pays, la Santé publique demeure une préoccupation constante pour tous les gouvernements. Au Congo, cette préoccupation contenue dans la Constitution du 25 octobre 20151 est reprise dans la nouvelle vision de la Politique Nationale de Santé (PNS) 2018- 2030 qui fixe les principales orientations stratégiques à mettre en...
Chers Camarades, Chers Partenaires, Le mouvement Publiez Ce Que Vous Payez vise à rendre la gouvernance des ressources pétrolières, gazières et minières, ouverte, transparente, responsable, redevable et durable. La septième Conférence Afrique de PCQVP a eu lieu en ligne du 24 au 26 mars 2021, avec la participation massive des membres de PCQVP du continent...
Jacob Zuma, ancien président sud-africain, est actuellement derrière les barreaux dans sa province natale du KwaZulu-Natal. Accusé de corruption, il a refusé de témoigner dans le cadre de l’enquête sur la capture d’État, ce qui lui a valu une peine de 15 mois de prison. Zuma est l’un des rares chefs d’État africains à avoir fait face à...
Cinq ans après l’adoption de l’accord de Paris en 2015, l’un des plus grands jalons en matière de lutte contre le changement climatique, les pays forestiers tropicaux manquent toujours d’ambition en matière de réduction de leurs émissions et d’intégration des forêts dans leurs solutions en faveur du climat. Les conclusions d’un nouveau rapport Fern soulignent...
En République du Congo, le cadre législatif requiert depuis longtemps que les contrats signés entre l’Etat et les entreprises pétrolières soient rendues publics. Ces contrats ont en effet le caractère d’une loi et en suivent ainsi le même parcours législatif, jusqu’à leur publication au Journal Officiel (JO). De plus, des progrès significatifs ont été faits...
Le processus REDD+ est pris en compte dans la politique forestière et la stratégie de développement durable. Ces instruments politiques sont indexés aux lois qui régissent la protection des ressources naturelles et les droits des communautés locales et populations autochtones (CLPA). Cependant, les CLPA sont encore peu impliquées dans l’initiative et elles sont mal informées...