Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

dsc04714

Atelier PACIDES – Mobiliser les citoyens autour de la transparence et la redevabilité : un atout pour agir contre la corruption et la pauvreté !

Dans le cadre du projet « Renforcer le rôle de la société civile dans l’analyse et le suivi des politiques publiques et le contrôle citoyen de l’action publique », que la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) mène en partenariat avec  Transparency International, l’organisation a tenu du 24 au 25 novembre 2016, un atelier de sensibilisation et de formation à Dolisie, dans la salle de conférences du siège du Conseil départemental du Niari.  L’atelier entendait susciter une appropriation de l’ITIE, des outils et mécanismes du suivi budgétaire, spécialement en matière de suivi des investissements publics, et renforcer les capacités du public visé dans la lutte contre la corruption.  Cet atelier, organisé avec l’appui financier de la Délégation de l’Union européenne en République du Congo a réuni une soixantaine de participants en particulier les autorités et élus locaux, les membres et responsables des ONG, les professionnels des médias, le personnel de santé du département, les enseignants et les citoyens.

La formation qui comprenait quatre modules, « les droits économiques et socioculturels, l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), le suivi budgétaire et la lutte contre la corruption » a duré deux jours. Les participants ont été sensibilisés aux droits de l’homme, en particulier les droits économiques et sociaux, à savoir sur les mécanismes de recours et les obligations des Etats et des entreprises en la matière. Ils ont également été instruits  sur l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), ses exigences au regard de la norme ITIE 206, sa mise en œuvre au Congo, les défis et perspectives pour l’asseoir et la pérenniser. Leurs capacités ont en outre, été  renforcées en matière de contrôle de l’action publique, à travers une initiation au suivi du processus  de conception et exécution du budget dans la perspective d’améliorer  la gestion des revenus budgétaires ; ceci pour une prise en charge effective des priorités des populations. Enfin, la session a permis aux participants de se familiariser aux mécanismes innovants et efficaces de lutte contre la corruption.

Par ailleurs, les participants ont réfléchi lors des travaux en carrefour sur des problématiques spécifiques.  A l’issue des travaux, un comité de veille de dix (10) membres a été mise en place pour assurer l’évaluation et le suivi des investissements publics dans les domaines de la municipalisation accélérée et de la santé, concernant notamment les mesures de gratuité prise à l’égard du paludisme, du VIH/SIDA et de la césarienne.  Concernant la mise en place du comité de veille, il faut dire que les hommes et les femmes adhérents dudit comité ont été retenus sur la base de leur participation active aux travaux mais également pour  leur compréhension des enjeux y relatifs.

Au terme des travaux, les participants ont adopté plusieurs recommandations, dont on retiendra en substance, la nécessité de :

Réaliser un audit régulier des dépenses publiques notamment dans le cadre des investissements, dont le résultat serait destiné aux citoyens ;

Mener une vulgarisation plus active  des lois et autre législations  au sein des populations de base ;

Traduire les rapports de l’ITIE et d’’analyse budgétaire dans  un langage populaire et facilement accessibles, voire en langues vernaculaires ;

Etendre la sensibilisation sur les droits humains aux différents corps de la force publique ;

Procéder à une dénonciation plus accrue des actes de corruption ;

Encourager la démocratisation de la lutte contre la corruption à travers le renforcement de la veille citoyenne, avec la mise en place effective des mécanismes CAJAC et SIL à travers le territoire.

Partager

Articles liés

En septembre, les partenaires de la société civile de Fern du bassin du Congo, d’Afrique de l’Ouest et d’Asie du Sud-Est sont venus à Bruxelles pour discuter avec les décideurs politiques de l’impact de la déforestation – sur les paysages ainsi que sur les populations. Plus précisément, ils ont partagé leur expertise sur lamanière dont...
L’objectif de ce rapport ITIE est de renforcer la compréhension du niveau de la contribution du secteur extractif au développement économique et social du Congo
Dans le cadre de la poursuite des activités de ces projets, une consultation de huit (08) villages du département de la Lékoumou a été réalisée avec pour perspective de recenser les informations concernant les villages dudit département. Un focus a été mis sur les communautés locales et les groupes vulnérables, notamment les populations autochtones et...
L’aptitude des communautés locales et populations autochtones (CLPA) à s’engager efficacement dans le cadre des concertations relatives aux fonds de développement locaux nécessite un renforcement de leur capacité.
Malgré les décennies de recherche et de mesures en vue de défier la “malédiction des ressources”, les progrès sont dans l’ensemble controversés. L’extraction des ressources naturelles ne joue pas pleinement le rôle qu’elle pourrait potentiellement occuper dans le développement, en particulier dans les pays producteurs de matières premières tels que l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie....
Exposer directement leurs besoins, dénoncer des cas d’exploitation illégale des forêts, … Longtemps exclus de la chaîne de décisions inhérentes à la gouvernance forestière, autochtones et communautés locales du département de la Lékoumou ont désormais voix au chapitre au terme de nouvelles politiques forestières. Mais d’énormes défis à relever. Comme des chrétiens en pleine effusion...
Enjeu majeur pour le développement de tout pays, la Santé publique demeure une préoccupation constante pour tous les gouvernements. Au Congo, cette préoccupation contenue dans la Constitution du 25 octobre 20151 est reprise dans la nouvelle vision de la Politique Nationale de Santé (PNS) 2018- 2030 qui fixe les principales orientations stratégiques à mettre en...
Chers Camarades, Chers Partenaires, Le mouvement Publiez Ce Que Vous Payez vise à rendre la gouvernance des ressources pétrolières, gazières et minières, ouverte, transparente, responsable, redevable et durable. La septième Conférence Afrique de PCQVP a eu lieu en ligne du 24 au 26 mars 2021, avec la participation massive des membres de PCQVP du continent...
Jacob Zuma, ancien président sud-africain, est actuellement derrière les barreaux dans sa province natale du KwaZulu-Natal. Accusé de corruption, il a refusé de témoigner dans le cadre de l’enquête sur la capture d’État, ce qui lui a valu une peine de 15 mois de prison. Zuma est l’un des rares chefs d’État africains à avoir fait face à...
Cinq ans après l’adoption de l’accord de Paris en 2015, l’un des plus grands jalons en matière de lutte contre le changement climatique, les pays forestiers tropicaux manquent toujours d’ambition en matière de réduction de leurs émissions et d’intégration des forêts dans leurs solutions en faveur du climat. Les conclusions d’un nouveau rapport Fern soulignent...
En République du Congo, le cadre législatif requiert depuis longtemps que les contrats signés entre l’Etat et les entreprises pétrolières soient rendues publics. Ces contrats ont en effet le caractère d’une loi et en suivent ainsi le même parcours législatif, jusqu’à leur publication au Journal Officiel (JO). De plus, des progrès significatifs ont été faits...
Le processus REDD+ est pris en compte dans la politique forestière et la stratégie de développement durable. Ces instruments politiques sont indexés aux lois qui régissent la protection des ressources naturelles et les droits des communautés locales et populations autochtones (CLPA). Cependant, les CLPA sont encore peu impliquées dans l’initiative et elles sont mal informées...