Déclaration de la mission des services du FMI en République du Congo

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de conclusions préliminaires après un séjour dans le pays. Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du Conseil d’administration du FMI. La présente mission ne fera pas l’objet de délibérations au sein du Conseil d’administration.

Une équipe des services du FMI dirigée par M. Abdoul Aziz Wane a visité Brazzaville du 25 septembre au 4 octobre 2017 pour collecter des informations, notamment sur le niveau de la dette du pays ; discuter de la gestion de la trésorerie avec les autorités et délimiter le cadre d’une étude-diagnostic sur la gouvernance en République du Congo.

À l’issue de la mission, M. Wane a publié la déclaration suivante :

La mission tient à remercier les autorités pour leur excellente coopération, y compris les efforts soutenus du Comité Technique qui ont permis aux services du FMI d'accéder à l’essentiel des informations demandées. Les autorités ont réaffirmé leur engagement à travailler de façon diligente pour la mise en place d’un programme soutenu par le FMI. Les résultats de la mission vont guider les prochaines étapes vers un éventuel programme soutenu par le FMI pour rétablir la stabilité macroéconomique et promouvoir une croissance soutenue et inclusive.

La République du Congo fait face à des déséquilibres macroéconomiques importants. L'activité économique continue de se contracter, tandis que les dépôts du gouvernement diminuent. Dans ce contexte, le gouvernement a accumulé des arriérés extérieurs et intérieurs, malgré un ajustement budgétaire significatif.

Sur la base des informations fournies par les autorités, les autorités et la mission ont évalué le niveau de la dette publique contractée et/ou garantie par l’Etat à fin juillet 2017 à 5.329 milliards de francs CFA (à peu près 9,14 milliards de dollars américains). En pourcentage du Produit Intérieur Brut, la mission estime cette dette à environ 110 pour cent. Ce chiffre n'inclut ni les dettes litigieuses ni les arriérés intérieurs accumulés depuis 2014. La mission s'est félicitée de l'engagement des autorités à prendre des mesures pour rétablir la soutenabilité de la dette à moyen terme avec l’assistance de leurs conseillers financiers et juridiques.

La mission s'est également félicitée de l'engagement des autorités à mener une étude-diagnostic sur les questions de gouvernance, avec l'assistance du FMI, pour soutenir des mesures visibles et crédibles pour améliorer la gouvernance et lutter contre la corruption. La mission a pris note de l'intention des autorités d'améliorer la gouvernance des compagnies publiques, y compris les compagnies pétrolières. Elle les a encouragées à renforcer l'intégrité des processus de gestion du budget et de la trésorerie et à prioriser les dépenses afin d'éviter l'accumulation des arriérés.

L'équipe du FMI a été reçue par le Président de la République Son Excellence M. Denis Sassou-Nguesso. Elle a rencontré le Président du Sénat M. Pierre Ngolo, le Premier ministre M. Clément Mouamba, le ministre des Finances, M. Calixte Nganongo ; ainsi que d'autres hauts fonctionnaires. L'équipe a également rencontré des représentants de la communauté diplomatique, du secteur privé, de la société civile et des partenaires du développement.

Département de la communication du FMI

RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: Ismaila Dieng

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100COURRIEL: MEDIA@IMF.org

 

Etiquettes

0 Comments