Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

Les communautés locales ne doivent pas payer le prix de la ruée vers les minerais de transition

Plus de 230 organisations de la société civile issues de 62 pays publient une déclaration appelant les dirigeant·e·s mondiaux·ales présent·e·s à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Égypte à protéger les droits humains et l’environnement de la ruée vers les minerais utilisés pour les technologies d’énergies renouvelables. 

Les organisations signataires interviennent dans divers domaines, depuis la protection de l’environnement et des droits humains jusqu’à la lutte contre la corruption. Elles représentent différents groupes marginalisés, notamment les communautés locales, les femmes et les jeunes.

Jean-Claude Katende, coordinateur national de Publiez Ce Que Vous Payez République démocratique du Congo, a déclaré :

« Il devient urgent de décarboner le monde. Cependant, l’extraction de minerais de transition comme le cobalt, le lithium, le nickel et le cuivre, nécessaires pour développer des technologies d’énergie plus propre et mettre fin à notre addiction aux combustibles fossiles, ne doit pas impliquer de dégrader davantage la planète ni de bafouer les droits des peuples les plus vulnérables. »

« Dans une certaine mesure, l’exploitation minière est nécessaire pour construire l’énergie renouvelable dont nous avons besoin. Mais ne pas mettre les gens, en particulier les communautés locales impactées par l’extraction, au cœur de la transition énergétique ne fera qu’exacerber les problèmes causés par l’industrie minière depuis des décennies. Aujourd’hui, en abandonnant un ensemble de ressources limitées au profit d’un autre, nous ne devons pas répéter les erreurs du passé. »

Les groupes en appellent donc aux dirigeant·e·s mondiaux·ales qui se réuniront à la COP27 pour initier un réel changement dans la manière dont les minerais sont extraits et utilisés, et chercher des solutions qui permettront de réduire la dépendance à l’exploitation minière. Il est nécessaire, entre autres, de s’assurer que les communautés affectées par l’exploitation minière soient consultées de manière significative et participent aux décisions affectant leur vie, qu’elles aient le droit de refuser de consentir à l’exploitation minière et que les minerais soient uniquement extraits selon les normes internationales les plus rigoureuses en matière de droits humains et d’environnement.

Selon une estimation, il faudra multiplier par six la production de minerais tels que le cobalt, le lithium, le nickel et le cuivre pour produire, transporter, stocker et utiliser l’électricité générée par des sources d’énergies plus propres comme le vent et le soleil.

Les recherches montrent que les femmes et les jeunes filles, les peuples autochtones et les défenseur·se·s de l’environnement sont touché·e·s de manière disproportionnée par l’exploitation minière. Les communautés locales sont souvent exclues du processus décisionnel et ne tirent que peu d’avantages économiques découlant de l’extraction. Le secteur nuit également à l’environnement et contribue significativement au changement climatique.

La concurrence féroce, la demande et la recherche du profit dans la ruée vers les minerais de transition vont accroître la pression sur les pays producteurs pour qu’ils « accélèrent » l’octroi de licences et ouvrent l’exploitation minière dans des zones sensibles et à haut risque. Par conséquent, ce processus ouvre la porte aux pratiques de corruption et aggrave les violations des droits humains et de l’environnement, en particulier la pollution et la contamination de l’eau et des sols, qui affectent gravement la santé des travailleur·se·s et des populations environnantes. Les communautés autochtones, qui se trouvent en première de ligne des activités d’extraction, sont déjà les plus touchées par ces répercussions.

« L’explosion de la demande des minerais de transition provoque déjà des dégâts environnementaux affligeants et des violations des droits humains. Nous observons déjà dans de trop nombreux pays ce genre de corruption, d’opacité et de mauvaise gouvernance qui ternit l’extraction minière depuis des générations »

a ajouté Flavia Liberona, Directrice exécutive de Fundación Terram (Chili), l’une des organisations signataires.

« Il est crucial que le secteur émergeant des minerais de transition soit bien réglementé, transparent, juste et équitable, et ne reproduise pas l’exploitation et l’injustice du passé. Par conséquent, il est urgent de déployer des efforts coordonnés pour modifier l’extraction et la consommation des minéraux. »

Partager

Articles liés

Résoudre le problème du changement climatique sans protéger les forêts et mettre fin à la déforestation est une tâche impossible. Partout dans le monde, les forêts fournissent d’importants services écosystémiques et moyens subsistance. Elles sont bien plus qu’une réserve de carbone qu’il faut protéger – elles l’absorbent aussi activement. Selon des estimations scientifiques récentes, les...
Il s’est tenu le 20 septembre 2022 à Pointe-Noire-Salle de conférence Hôtel Hilary, une table-ronde sur les initiatives climatiques et la gestion durable des forêts
Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...
L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) en partenariat avec la Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH), sous la facilitation du Forum pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme(FGDH) et avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec le financement de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique,...