Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

1200px-greenpeace_ship_esperanza

Les autorités congolaises mettent fin à la campagne de sensibilisation de Greenpeace Africa sur l’importance de la forêt du bassin du Congo

Pointe Noire, le 10 novembre 2017. Le navire de Greenpeace – l’Esperanza a été empêché mardi d’accoster au port de Pointe Noire en République du Congo. Pendant deux jours, le navire avait abordé les eaux congolaises, mais les responsables du port et du gouvernement à Pointe-Noire ont refusé l’accostage, prétextant n’avoir aucune connaissance préalable de l’arrivée du navire et de ses activités sur le territoire congolais. Une réclamation réprimée par Greenpeace Africa et ses partenaires locaux qui avaient déposé tous les documents nécessaires en vue de l’accostage du navire au Congo.

L’Esperanza a fait un tour d’un mois sur la côte de l’Afrique centrale pour sensibiliser sur l’importance de la forêt du bassin du Congo. Le navire a fait une tournée au Cameroun et en République Démocratique du Congo (RDC) pour exhorter les acteurs environnementaux à sauvegarder et à gérer durablement la forêt du Bassin du Congo qui est la deuxième plus grande forêt pluviale du monde. .

Nous sommes profondément déçus par la réduction de l’espace libéral mis à la disposition des organisations de la société civile congolaise et de leurs partenaires pour un échange franc sur la conservation de l’environnement,

a déclaré Victorine Che, chef du projet forêt pour Greenpeace. « Le refus de permettre à notre navire d’accoster en République du Congo ne peut que nous inciter à continuer notre rôle d’observateur environnemental et à approfondir nos efforts de collaboration avec les communautés locales et autochtones dont les moyens de subsistance dépendent de la forêt ».

La forêt du bassin du Congo est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après l’Amazonie. La forêt sert de vaste puit de carbone qui doit être préservé. Les scientifiques ont récemment découvert des tourbières tropicales les plus étendues du monde dans les marécages de la RDC et de la République du Congo, qui stockent quelque 30 milliards de tonnes de carbone. Les protections de ces ressources forestières précieuses ne sont possible que si les deux pays collaborent avec la société civile et les communautés locales. Cependant, l’agriculture industrielle et l’exploitation forestière industrielle constituent une menace massive pour les tourbes.

« Les autochtones qui ont voyagé de loin pour participer aux activités de la tournée en bateau à Pointe-Noire sont déçus par l’action du gouvernement », a déclaré Sylvie N. Banga, Coordonnatrice de la Plateforme pour la gestion durable des forêts; un groupement d’organisations nationales au Congo. « Nous avons également envisagé de discuter du texte de révision de la forêt, et de sa mise en œuvre pour protéger les populations locales et autochtones », a ajouté Banga.

Le gouvernement de la République du Congo a mobilisé les pays voisins dans le cadre de l’initiative du Fonds Bleu du Bassin du Congo, pour faire preuve de leadership sur les questions forestières du bassin du Congo. Ce même gouvernement a empêché Greenpeace Africa, les sociétés civiles et les communautés locales et autochtones de se rencontrer pour discuter des problèmes de conservation des forêts à bord de l’Esperanza. Ces réunions avaient pour principal objectif de discuter des questions liées à la gouvernance forestière dans le pays et des défis liés aux droits des communautés tributaires des forêts.

« Ceci est contradictoire: un pays ne peut, d’une part, vouloir se rendre à la COP 23 à Bonn avec pour objectif de faire preuve de leadership sur les questions environnementales avec le Fond Bleu du Congo et, d’autre part, restreindre le droit d’association des ONG à  sensibiliser sur l’importance de la forêt du bassin du Congo », a déclaré Christian Mounzeo, président de l’organisation nationale: Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) à Pointe Noire. « Il est regrettable pour les ONGs et les communautés congolaises qui se sont présentées pour accueillir l’Esperanza à Pointe Noire d’avoir manqué cette opportunité », a conclu M. Mounzeo.

La tournée d’Esperanza en Afrique centrale, qui a duré un mois, a débuté en prélude à la réunion sur le climat de la COP23 à Bonn, en Allemagne. Les personnalités de la région du Bassin du Congo ont utilisé un arbre de souhaits à bord du navire comme moyen d’amplifier les préoccupations des communautés locales qui dépendent de la forêt au niveau national et international lors de la prochaine réunion de Bonn. Les communautés locales et les populations indigènes du Cameroun et de la RDC ont également utilisé cet arbre pour envoyer leurs vœux écologiques aux dirigeants du monde qui se réuniront plus tard ce mois-ci en Allemagne.

 

 

Contact Media:

-NchemtyMetimiOzongashu

Greenpeace Africa Forest Communications Officer.

Email: nmetimio@greenpeace.org

Phone: (237) 677-345-612

 

-Irene WabiwaBetoko,

Greenpeace Africa Senior Forest Campaign Manager.

Email: irene.wabiwa@greenpeace.org

Phone: Tel:+243976756102

Partager

Articles liés

Résoudre le problème du changement climatique sans protéger les forêts et mettre fin à la déforestation est une tâche impossible. Partout dans le monde, les forêts fournissent d’importants services écosystémiques et moyens subsistance. Elles sont bien plus qu’une réserve de carbone qu’il faut protéger – elles l’absorbent aussi activement. Selon des estimations scientifiques récentes, les...
Plus de 230 organisations de la société civile issues de 62 pays publient une déclaration appelant les dirigeant·e·s mondiaux·ales présent·e·s à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Égypte à protéger les droits humains et l’environnement de la ruée vers les minerais utilisés pour les technologies d’énergies renouvelables.  Les organisations signataires...
Il s’est tenu le 20 septembre 2022 à Pointe-Noire-Salle de conférence Hôtel Hilary, une table-ronde sur les initiatives climatiques et la gestion durable des forêts
Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...