Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

detention

Référendum constitutionnel: Campagne sous fond de menaces, harcèlements, intimidations, arrestations et détentions arbitraires en République du Congo

Brazzaville-Pointe-Noire. Le 14 octobre 2015. La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH), organisation non gouvernementale de promotion, protection et défense des droits de l’Homme, dénonce l’arrestation de M. Henri KABANABANZA, citoyen congolais, résidant à Pointe-Noire et membre de Unis Pour le Congo (UPC), parti politique de l’opposition.

Selon les informations recueillies, M. Henri KABANABANZA, a été arrêté le dimanche 11 octobre 2015 aux environs de 6h du matin à son domicile. Il est actuellement détenu à l’Etat major militaire des armées. M. Henri KABANABANZA est soupçonné de fomenter « des troubles » dans la ville de Pointe-Noire.

Cette arrestation a été opérée par des éléments de la police militaire après avoir perquisitionné le domicile de ce dernier situé au quartier VINDOULOU sans aucun mandat du juge et au mépris des dispositions légales prévues en la matière. Depuis son arrestation, ses compagnons du parti et sa famille éprouvent d’énormes difficultés à lui rendre visite.

La RPDH a été informée de l’arrestation à Brazzaville le vendredi 09 octobre 2015 de six activistes, du mouvement Ras-le-bol, Mouvement des jeunes pour le changement, l’Amicale, la Voix du Peuple et Lisanga 242. Parmi ces personnes, figurent James Laurent MACOUMBOUS, Marc Alain MANTOT et Ludovic NGONI. Il leur est reproché d’avoir organisé une marche pacifique pour exprimer leur opposition au changement de la Constitution. Détenus d’abord à la Direction Départementale de la Police, ils ont  en fin de compte été transférés à la Direction de la Surveillance du Territoire jusqu’à ce jour, sans droit aux visites familiales. En particulier, l’état de santé de Marc Alain MANTOT pourrait être préoccupant, compte tenu de ses antécédents diabétiques et de son traitement médical sans doute interrompu en raison des visites qui lui sont interdites.

L’Organisation exprime sa profonde inquiétude à l’égard de ces faits, qui, s’inscrivent dans un cadre plus général de représailles à l’égard des citoyens et de toute opinion contraire à celle de la majorité sur le référendum constitutionnel. Elle rappelle l’engagement constitutionnel en matière de garantie  aussi bien des libertés d’expression, de manifestation que des conditions de détention. La RPDH attire l’attention sur les violations des dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel le Congo est partie.

Elle prie les institutions internationales et les organisations de défense des droits de l’Homme de bien vouloir intervenir d’urgence pour garantir l’intégrité physique et psychologique des personnes détenues et harcelées, et donner ainsi suite aux demandes ci-après :

Actions demandées:

–  Libérer immédiatement et sans condition M. Henri KABANABANZA, membre du parti politique UPC,  James Laurent MACOUMBOUS, Marc Alain MANTOT et Ludovic NGONI et les autres personnes détenues dans ce contexte ;

–  Mettre un terme à la persécution des opposants sous toutes les formes ;

–  Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de M. Henri KABANABANZA, de James Laurent MACOUMBOUS, Marc Alain MANTOT, Ludovic NGONI et de l’ensemble des personnes victimes de représailles pour leur opinion en République du Congo ;

–  Assurer que soit menée une enquête indépendante sur les faits décrits ci-dessus, afin que leurs auteurs soient identifiés, jugés et sanctionnés conformément à la loi en vigueur ;

–  Mettre un terme à toute forme de menaces et de harcèlements à l’encontre des citoyens et de tout individu opposé au référendum constitutionnel ;

–  Veiller au caractère républicain et apolitique de la force publique ;

–  Garantir un climat de paix et de concorde sociale contrairement à la psychose entretenue aujourd’hui du fait d’actes répréhensibles de menaces, d’harcèlements, d’intimidations, d’arrestations et détentions arbitraires à l’encontre de tous ceux ou celles qui expriment une opinion contraire aux aspirations de la majorité en lien avec le référendum constitutionnel;

–  Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme ratifiés par la République du Congo.

 

Adresses utiles :

 

–      M. Denis Sassou Nguesso, Président de la République

–      Palais du Peuple Tél. +242 02 281 27 50 ou

+242 02 281 24 32 Fax. +242 02 281 02 72 Email: sgpr@yahoo.fr

 

–      M. André Obami Itou, Président du Sénat ;

–      M. Justin Koumba, Président de l’Assemblée Nationale

–      Assemblée nationale,  Palais des Congrès Tél. +242 02 281 04 14

Email. contact@assembleenationale.cg

–      M. Martin Mbemba, Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme ;

–      M. Hilaire Mounthault, Médiateur de la République ;

–      M. Aimé Emmanuel Yoka, Ministre d’Etat, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits Humains ;  BP 2497 Brazzaville, République du Congo. Tél: (+242) 81 41 67 Fax: (+242) 81 41 67

–      Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et de la Francophonie, BP 2070 Brazzaville, République du Congo.

–      M. Philipe Ongania, Directeur général des droits humains et des  libertés fondamentales, BP 2497 , Brazzaville, République du Congo.

–      Mission permanente de la République du Congo auprès de l’Office des Nations Unies, 11 Rue des  Pâquis, 1201 Genève, Suisse.

Tél.: + 41.22.731.88.21. Fax: + 41.22.731.88.17. E

–      M. Raymond Zéphirin Mboulou, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation ;

–      M. Charles Richard Mondjo, Ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la Défense Nationale ;

–      Son Excellence Mme Stéphanie Sullivan, Ambassadrice des Etats-Unis en République du Congo ;

–      Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France en République du Congo ;

–      Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur du Royaume de Belgique en République du Congo ;

–      Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République d’Italie en République du Congo ;

–      Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne en République du Congo ;

–      Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale du Nigeria ;

–      Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République du Sénégal ;

–      Monsieur le Représentant résidant de l’Union Européenne en République du Congo ;

–      Monsieur le Représentant résidant du Programme des Nations Unies pour le Développement au Congo ;

–      Monsieur le Représentant résidant de la Banque Mondiale au Congo ;

–      Madame Olivia Tchamba, Amnesty International/Bureau régional de Dakar.

Tél : (+221) 78 16 04 897

 

 

Contacts RPDH:

Tél +242053583577, +24205595 52 46
Email: rp.dh@laposte.net, cmounzeo@yahoo.fr
Site: www.rpdh-cg.org,
Facebook: Rencontre pour la paix et les droits de l’Homme

 

Partager

Articles liés

La Coalition Congolaise Tournons la Page (TLP) est vivement préoccupée par l’interpellation puis la détention du Dr Alexandre IBACKA DZABANA depuis ce jeudi 11 mars 2021. S’exprimant sur les ondes de Radio France Internationale (RFI), le porte-parole du gouvernement a annoncé « l’existence des éléments matériels qui relèvent du secret des services de renseignement qui...
Dans le cadre  du Projet  « Renforcer le rôle de la société civile dans l’analyse et le suivi des politiques publiques et le contrôle citoyen de l’action publique » – PACIDES, financé par la Délégation de l’Union européenne en République du Congo pour une période de trois (03) années 2016-2019, mis en œuvre par la Rencontre pour la Paix...
174 organisations de la société civile issues de 50 pays ont signé un appel mondial et historique destiné aux investisseurs de Bridge International Academies dans lequel ces derniers sont exhortés à cesser leur soutien auprès de la société privée américaine à but non lucratif qui détient plus de 500 écoles commerciales dans les pays à...
Sous la supervision du Coordonnateur de Projet, le/la chargé(e) du Plaidoyer sera responsable de l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie du projet et les activités correspondantes. Il/elle renforcera les stratégies existantes et développera de nouvelles initiatives relatives à la stratégie du plaidoyer. Il/elle travaillera en étroite collaboration avec le/la chargé(e) de communication. Lieu...
De nouvelles charges pèsent sur Paulin Makaya depuis le 6 janvier; elles sont liées à une fusillade qui s’est déroulée à la prison centrale de Brazzaville le 29 décembre 2016, alors que six de ses connaissances lui rendaient visite. Il est prévu que la cour d’appel de Brazzaville statue sur sa condamnation antérieure le 21...
Modeste Boukadia, un membre de l’opposition congolaise, a été hospitalisé pour la troisième fois parce qu’il a été blessé lors d’un passage à tabac par des surveillants pénitentiaires le 15 novembre 2016. Aucune enquête n’a été ouverte sur ces faits. Cet homme est incarcéré à la prison centrale de Pointe-Noire depuis plus d’un an.
Paulin Makaya, membre de l’opposition, encourt cinq ans d’emprisonnement et cinq millions de francs CFA d’amende (environ 8 345 dollars des États-Unis) pour avoir pris part à une manifestation au Congo. Le juge d’instruction a abandonné deux des trois charges initialement retenues contre cet homme. Le jugement doit être rendu le 25 juillet. Paulin Makaya...
Paulin Makaya, un membre de l’opposition, est en détention provisoire à la prison centrale de Brazzaville (Congo) depuis plus de quatre mois, ce qui dépasse la limite fixée par le droit congolais.
L’Union Européenne considère que l’adoption de la nouvelle constitution au Congo suite au referendum du 25 Octobre 2015 s’est faite sans respecter plusieurs principes fondamentaux énoncés par la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance et qu’elle compromet la notion même de l’alternance démocratique.
Hossam Bahgat, le président du conseil du Réseau-DESC, a été convoqué par les renseignements militaires ce dimanche 8 novembre. Après interrogatoire il a été accusé par le procureur militaire de “publication de fausses informations portant atteinte aux intérêts nationaux » en vertu des nouvelles lois anti-terrorisme ayant été utilisées pour criminaliser les journalistes qui publient des...
Pointe-Noire, le 02 novembre 2015. La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH), organisation non gouvernementale de promotion, protection et défense des droits de l’Homme, manifeste ses vives préoccupations au sujet de la traque, des menaces de mort ainsi que du harcèlement dont est victime le Journaliste Reporter Indépendant Christian Perrin, citoyen...