Paix et Droits de l'homme

Combattre l'injustice et l'arbitraire pour construire la Paix

CPI : 130 organisations à travers l’Afrique appellent les pays à soutenir la Cour pénale internationale

(Johannesburg, le 7 octobre 2013) – Dans une lettre rendue publique aujourd’hui, 130 organisations de toute l’Afrique ont appelé les pays africains qui sont membres de la Cour pénale internationale (CPI) à affirmer leur soutien à la Cour lors d’un sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA). Cette réunion est prévue pour les 11 et 12 octobre 2013, à Addis-Abeba.

Les organisations, de 34 pays, ont déclaré que les pays africains devraient soutenir la CPI comme un tribunal crucial de dernier recours, notamment pour ses affaires en cours portant sur les crimes commis pendant les violences postélectorales au Kenya en 2007-2008. La relation entre la CPI et certains gouvernements africains a rencontré plusieurs défis tandis que les affaires du Kenya ont progressé, ont indiqué les groupes. Cela a conduit à une augmentation des accusations selon lesquelles la Cour s’en prend à l’Afrique, ainsi qu’à des questions quant à savoir si certains membres africains à la CPI envisageraient la possibilité de se retirer du traité de la CPI, le Statut de Rome.

« L’Afrique australe s’est trouvée au premier rang du plaidoyer pour une cour pénale internationale permanente », a rappelé Angela Mudukuti, avocate du Programme pour le projet de justice pénale internationale au Southern Africa Litigation Centre (Centre des litiges de l’Afrique australe). « L’Afrique du Sud et les autres pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe devraient faire pression sur l’UA afin qu’elle oeuvre pour étendre la portée de la justice, et non pas la paralyser. »

En Afrique australe, le Botswana a été un fervent partisan de la CPI face aux récentes attaques contre la Cour, mais de nombreux autres membres africains de la CPI sont restés silencieux. Cependant, dans sa déclaration de septembre à l’Assemblée générale de l’ONU, le Lesotho a exprimé un soutien fort à la CPI et il devrait réaffirmer ce soutien lors du sommet d’Addis-Abeba. L’Île Maurice a également adopté une législation pour mettre en oeuvre le traité de la CPI au niveau national en 2011, la plaçant dans une bonne position pour exprimer un appui solide à la Cour lors du sommet.

Les pays africains ont joué un rôle actif dans les négociations visant à établir la Cour et 34 pays africains – une majorité des membres de l’Union africaine – sont membres de la CPI. Des gouvernements africains ont sollicité la CPI pour juger les crimes graves commis sur leurs territoires et les Africains comptent parmi les responsables de la CPI au plus haut niveau où ils siègent également en tant que juges.

« Cinq pays africains ont demandé à la CPI d’enquêter sur les crimes commis dans leur pays – la Côte d’Ivoire, l’Ouganda, la République centrafricaine, le Mali et la République démocratique du Congo », a remarqué Georges Kapiamba, président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice. « Ces États ont l’autorité et la responsabilité particulières de dissiper les allégations selon lesquelles la CPI s’acharne contre l’Afrique. »

Tout retrait de la CPI enverrait un mauvais signal quant à l’engagement de l’Afrique à protéger et promouvoir les droits humains et à rejeter l’impunité, comme en témoigne l’article 4 de l’Acte constitutif de l’UA, ont déclaré les organisations. Le travail et le fonctionnement de la CPI ne devraient pas être au-dessus de l’examen et de l’amélioration, mais un retrait risquerait d’avoir de graves conséquences en ce qui concerne les atteintes à la justice en Afrique.

« Cette année, le Nigeria et le Ghana ont tous deux reconnu la CPI comme un tribunal crucial de dernier recours et sont donc bien placés pour jouer un rôle de leadership positif lors du sommet », a déclaré Chinonye Obiagwu, coordonnateur national au Legal Desence and Assistance Project (le Projet de défense et d’assistance juridique) du Nigeria. « Ces pays devraient activement repousser les attaques sans scrupules portées contre la Cour et soutenir la capacité de la CPI à fonctionner sans interférence, notamment au Kenya. »

Le gouvernement nigérian a réaffirmé un « engagement ferme envers le Statut de Rome » et « une volonté de poursuivre la coopération avec la CPI pour mettre un terme à l’impunité » dans une note récente à la CPI. Le Président du Ghana, John Drimana Mahama, a déclaré à France24 suite à une réunion au sommet de l’UA en mai : « Je pense que la CPI a fait un travail incroyable en traduisant en justice quelques personnes coupables de génocide et de meurtre de masse. »

Les dirigeants du Kenya en 2008 ont initialement convenu de mettre en place un tribunal spécial pour juger les affaires liées à la violence postélectorale, qui a fait plus de 1100 morts, détruit des moyens de subsistance et entraîné le déplacement de plus d’un demi-million de personnes. Mais les efforts pour créer le tribunal ou faire progresser les affaires des tribunaux ordinaires ont échoué. Le procureur de la CPI a ensuite ouvert une enquête, selon les recommandations d’une commission nationale d’enquête mise en place dans le cadre d’un accord orchestré par l’Union africaine visant à mettre fin à la violence.

Les organisations ont déclaré que le Kenya a placé les gouvernements dans une position inconfortable en faisant pression pour des mesures visant à éviter les affaires de la CPI tout en ayant omis de se prévaloir des procédures de la Cour autorisant une telle démarche basée sur une enquête et des poursuites nationales crédibles.

Pour lire la lettre adressée par les 130 organisations aux membres africains de la CPI, veuillez suivre le lien: Lettre adressée par les 130 organisations aux membres africains de la CPI

 

Pour plus de renseignements, veuillez contacter :
À Abuja, pour LEDAP-Legal Defence & Assistance Project, Chino Edmund Obiagwu (anglais) :
Phone: +234-0703-000-0014 ; ou +234-012-802-009 ; ou +234-0803-691-3264 (portable) ;
E-mail: obiagwu@ledapnigeria.org

À Accra, pour le Centre ghanéen pour le développement démocratique, Franklin Oduro (anglais) :
Phone: +233-302-776-142 ; ou +233-302-784-294 ; ou +233-249-777-788 (portable) ;
E-mail:  f.oduro@cddghana.org
À Accra, pour la Media Foundation for West Africa (Fondation pour les médias en Afrique de l’Ouest), Sulemana Braimah (anglais) :
Phone: +233-302-242-470 ; ou +233-244-520-243 ;
E-mail: sulemana@mediafound.org

À Dakar, pour Amnesty International – Sénégal, Seydi Gassama (français) :
Phone:+221-776-368-959 ;
E-mail: seydi.gassama@amnesty.sn

À Freetown, pour le Center for Accountability and Rule of Law (Centre pour la responsabilité et l’État de droit) – Sierra Leone, Ibrahim Tommy (anglais) :
Phone:+232-76-365-499 ;
E-mail: ibrahim.tommy@gmail.com

À Johannesburg, pour Human Rights Watch, Tiseke Kasambala (anglais) :
Phone: +27-110-622-852 ; ou +27-792-205-254 ;
E-mail: kasambt@hrw.org
À Johannesburg, pour le Southern Africa Litigation Centre (Centre des litiges de l’Afrique australe), Angela Mudukuti (anglais) :
Phone: +27-115-875-065 ou + 27-767-623-869 ; E-mail: AngelaM@salc.org.za

À Pretoria, pour le International Crime in Africa Programme (Programme sur les crimes internationaux en Afrique), Institut d’études de sécurité, Jemima Jnjeri (anglais) :
Phone: +27-832-346-566 ou +27-123-469-500 ;
E-mail: jnjeri@issafrica.org

À Lilongwe, pour le Centre for Human Rights and Rehabilitation (Centre pour les droits humains et la réinsertion), Luke Tembo (anglais):
Phone: +265-999-740-422;
E-mail: luke.tembo@chrrmw.org

À Lubumbashi, pour l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), Georges Kapiamba (français):
Phonr:+243-995-404-514 ;
E-mail: kapiambag@gmail.com

À New York, pour la Coalition pour la Cour pénale internationale, Steve Lamony (anglais) :
Phone:+1-646-465-8514 ;
E-mail: lamony@coalitionfortheicc.org

À New York, pour Human Rights Watch, Elise Keppler (anglais) :
Phone: +1-212-216-1249 ; ou +1-917-687-8576 (portable) ;
E-mail: kepplee@hrw.org.
Sur Twitter @EliseKeppler

 

 

Partager

Articles liés

Résoudre le problème du changement climatique sans protéger les forêts et mettre fin à la déforestation est une tâche impossible. Partout dans le monde, les forêts fournissent d’importants services écosystémiques et moyens subsistance. Elles sont bien plus qu’une réserve de carbone qu’il faut protéger – elles l’absorbent aussi activement. Selon des estimations scientifiques récentes, les...
Plus de 230 organisations de la société civile issues de 62 pays publient une déclaration appelant les dirigeant·e·s mondiaux·ales présent·e·s à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) en Égypte à protéger les droits humains et l’environnement de la ruée vers les minerais utilisés pour les technologies d’énergies renouvelables.  Les organisations signataires...
Il s’est tenu le 20 septembre 2022 à Pointe-Noire-Salle de conférence Hôtel Hilary, une table-ronde sur les initiatives climatiques et la gestion durable des forêts
Si les textes en vigueur au Congo-Brazzaville protègent intégralement les éléphants, la législation congolaise ne prévoit pas des mesures adéquates pour réparer les dégâts subis par les humains du fait de ces géants de la forêt. D’où la nécessité de mener de profondes et minutieuses réflexions à l’effet de trouver des solutions durables et définitives...
À l’instar de la plupart de leurs compatriotes, les populations du Kouilou profitent peu ou pas du tout de l’exploitation de leurs ressources naturelles. La faute en grande partie au non-respect par des entreprises, des cahiers de charges, un des piliers importants de la nouvelle gouvernance forestière en œuvre au Congo. Une équipe de la...
La Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (RPDH) en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) , avec l’appui technique de Fern, ont organisé avec les financements de Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) du gouvernement britannique et de l’Agence Française de Développement (AFD),  les   08 et 09 décembre 2021...
Vers une gouvernance forestière inclusive, consensuelle, durable et mutuellement bénéfique en lien avec les ODD. C’est l’ambition du « forum local multi acteurs sur la gouvernance forestière dans le département de la Lékoumou » et des  projets « Consolider la bonne gouvernance, lutter contre les illégalités-Forêts Gouvernance Marché et Climat (FGMC) » et « intégrité dans...
Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 a débuté à Glasgow, Transparency International exhorte les dirigeants mondiaux à renforcer la transparence, la responsabilité et l’intégrité afin de garantir une action efficace contre la crise climatique. Dans le cadre des discussions annuelles de la COP, les pays sont invités à présenter...
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) publie ce jour, 13 septembre 2021 à Brazzaville, son rapport du suivi des investissements publics dans le domaine de la santé, exercice budgétaire 2019.  
Ces déclarations décrivent les observations préliminaires des services du FMI au terme d’une visite (ou «mission») officielle, le plus souvent dans un pays membre. Les missions sont effectuées dans le cadre des consultations périodiques (généralement annuelles) au titre de l’article IV des Statuts du FMI, d’une demande d’utilisation (emprunt) des ressources du FMI, des entretiens...
1er Juillet 2021 – Hotel de l’ACERAC – Brazzaville Sensibilisation des médias sur les enjeux et défis de la validation de l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Congo Dissémination du Rapport ITIE 2018 Présentation de l’étude de Publiez ce que vous payez Congo sur la transparence des contrats pétroliers Suivi du jalon...
En juin 2011, le Conseil des droits de l’homme a approuvé les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (ci-après Principes directeurs) dans sa résolution 17/4. Ces principes reposent sur trois piliers : le devoir de l’État de protéger les droits de l’homme, la responsabilité des entreprises de respecter...