La société civile réclame plus de liberté dans l’ITIE Congo

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, chargé de la décentralisation, Charles Nganfouomo a assuré le 22 juin à Brazzaville que le gouvernement réiterait son engagement politique à poursuivre et à renforcer la mise en œuvre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractive (ITIE) en tant qu’outil central de la gouvernance des ressources naturelles.

« Le gouvernement attend de vous, des résultats concrets, afin que les recommandations qui sortiront de votre atelier permettent au Congo de mettre en œuvre, avec efficience, des mesures correctives en vue de satisfaire à toute les exigences de la norme ITIE et d’améliorer la transparence des industries extractives et la gestion des revenus au profit du développement », a dit Charles Nganfouomo à l’ouverture de l’atelier national d’appropriation des recommandations et mesures correctives du rapport de validation ITIE du Congo.

Il a indiqué que le protocole sur la participation de la société civile au processus ITIE sera respecté à tous les niveaux de l’administration. « Le gouvernement veillera à une meilleure coordination de ses activités, de façon que soit suive avec une particulière attention la garantie des libertés nécessaires au fonctionnement d’une société civile indépendante, qui agit tout autant dans la liberté pour apporter sa contribution dans le suivi de l’action publique », a précisé Charles Nganfouomo.

De son côté, le vice président de l’ITIE Congo, Christian Mounzeo a fait savoir qu’il serait nécessaire d’asseoir un vrai partenariat entre les pouvoirs publics et la société civile. « Un partenariat qui devra prévenir la marginalisation et la discrimination de l’action des ONG dans le suivi des politiques publiques », s’est-il plaint.

Cet atelier a pour objectif de permettre la discussion des défis du processus de validation et de participation de la société civile dans la mise en œuvre de l’ITIE au Congo.

Etiquettes

0 Comments