Atteinte au droit de manifestation en République du Congo: La force publique tire à bout portant sur des citoyens non armés

Brazzaville- Pointe-Noire, le 17 Octobre 2015 - Les Organisations de la Société Civile membres de la Campagne Tournons La Page Congo (TLP) condamnent fermement la répression des participants au meeting de l’opposition et de la société civile congolaises ce samedi 17 octobre 2015 à Pointe-Noire par la force publique. Selon les témoignages reçus, il y auraient mort d’hommes et plusieurs blessés, admis dans les centres hospitaliers de la place, dont deux membres de la Campagne TLP Congo.

En effet, alors que le meeting n’avait pas encore commencé,un élément de la police nationale à la réputation sulfureuse dénommé Rodrigues AMBOULOU dit « Zoulou Bad », arrivant sur les lieux,a délibérément ouvert le feu sur la foule, au terme d’une altercation avec un manifestant non armé. Dans la confusion ainsi créée, les autres éléments de la force publique ont à leur tour tiré sur les manifestants, qui se sont retrouvés pris en étau sous plusieurs feux nourris.  Ces évènements graves interviennent au lendemain de l’adresse publique du Chef d’État-major Général des Forces Armées Congolaises, qui a affirmé la neutralité et le caractère apolitique de la force publique congolaise, engagement symbolisant ici la fonction première de celle-ci, à savoir la protection des citoyens.

Tournons La Page Congo dénonce ces genres de pratiques, qui ne constituent ni plus ni moins que des entraves à la liberté de manifestation, le déni du droit à la vie, à l’intégrité physique et plus généralement aux droits et libertés fondamentaux,consacrés par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Constitution du 20 Janvier 2002. De la même manière, TLP Congo s’interroge sur le sens de la présence de l’armée congolaise aux côtés des forces de police et de gendarmerie dans le contexte d’une manifestation publique citoyenne ;  et refuse de croire que ces évènements graves seraient essentiellement l’œuvre d’éléments incontrôlés.

La Campagne TLP Congo rappelle que la liberté de manifestation constitue un des socles de la démocratie et de l’Etat de droit. Elle ne s’explique guère l’acharnement des services de sécurité à entraver de façon systématique les activités de l’opposition et de la société civile, dont les militants se trouvent particulièrement harcelés tandis que les partis et mouvement proches de la majorité organisent leurs activités en toute quiétude sur le territoire national. Le meeting de ce jour visait à réitérer le refus par la population congolaise du référendum anticonstitutionnel prévu le 25 octobre 2015 par la majorité, pour permettre au Président de la République de briguer un troisième mandat, en violation de la Constitution du 20 Janvier 2002.

TLP Congo constate que les autorités locales de la force publique du département de Pointe-Noire ont failli à leur mission de protection des populations. En conséquence, la Campagne exige d’une part, à titre conservatoire, la suspension immédiate de leurs fonctions de commandement et d’autre part, l’ouverture d’une enquête indépendante et transparente dans le but d’établir les responsabilités et de sanctionner conformément aux lois et règlements en vigueur, les auteurs des faits décriés.TLP Congo appelle les autorités du pays à garantir l’intégrité physique et psychologique des partisans de l’opposition et de la société civile en mettant un terme au harcèlement dont ceux-ci sont régulièrement  victimes.

Enfin, TLP Congo exhorte le Gouvernement congolais à se conformer à ses engagements en termes de respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

 

Contacts presse :

-          +242 05 766 18 96, cmounzeo@yahoo.fr

-          +242 05 557 90 81, bricemackosso@yahoo.fr

0 Comments